Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




David Bowie

L'ancien appartement new-yorkais de David Bowie est en vente pour 6,5 millions de dollars. Pour ce prix, le nouveau propriétaire aura vue sur Central Park et héritera d'un piano de la légende du rock. Habité entre 1992 et 2002 par le rocker, sa femme le top model Iman et leur fille née en 2000, ce bien immobilier est situé au neuvième étage du 160 Central Park South, au sud de Central Park. Ce quartier est réputé comme l'un des plus huppés de New York, situé à quelques pas de la salle de concert Carnegie Hall et du musée d'Art moderne.
L'agence immobilière Corcoran est chargée de la vente de cet appartement, qui comprend trois chambres et un piano Yamaha ayant appartenu à David Bowie.
Le couple Bowie avait ensuite déménagé dans le quartier de Soho en 2002, là où David Bowie s'est éteint le 10 janvier 2016, après avoir lutté secrètement contre un cancer. Durant ses dernières années dans ce quartier réputé bohème, David Bowie avait fréquenté une librairie proche de son appartement et travaillait en studio pour enregistrer son dernier album "Blackstar", sorti deux jours avant son décès à l'âge de 69 ans.

Roman Polanski

Le feuilleton judiciaire continue. Un juge américain a récemment rejeté la demande du cinéaste franco-polonais Roman Polanski de pouvoir revenir aux Etats-Unis sans être menacé d'emprisonnement, quatre décennies après avoir fui le pays à la suite du viol d'une mineure. Le juge Scott Gordon "a décidé que les demandes du prévenu ainsi que les requêtes correspondantes sont rejetées", selon une décision écrite du tribunal supérieur de Los Angeles. Concrètement, la décision maintient le statu quo: si le réalisateur du "Pianiste" (2002) remet les pieds sur le sol américain, il pourra être arrêté, 42 ans après les faits. 
Roman Polanski est accusé d'avoir drogué puis violé une adolescente de 13 ans dans la maison de Jack Nicholson en 1977. Il a admis une relation sexuelle après que les autres chefs d'accusation plus graves ont été abandonnés et a passé 42 jours en détention avant d'être relâché sous caution. En 1978, persuadé qu'un juge allait revenir sur un accord amiable passé avec les procureurs et le renvoyer derrière les barreaux pour des décennies, le Franco-Polonais avait fui en France. Depuis, il n'est jamais revenu aux Etats-Unis.

Libé
Lundi 10 Avril 2017

Lu 323 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif