Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Asli Erdogan

La romancière turque Asli Erdogan, acquittée vendredi à l'issue d'un procès controversé pour "activités terroristes", a déclaré dimanche à l'AFP qu'elle excluait de rentrer dans son pays car "une autre arrestation signifierait la mort" pour elle. "Dans les circonstances actuelles, je ne peux pas rentrer étant donné les risques d'emprisonnement", a-t-elle affirmé dans un entretien téléphonique avec une journaliste de l'AFP, expliquant que ce qu'elle dirait dans une interview ou ailleurs pourrait servir de prétexte à une nouvelle bataille juridique. "Une autre arrestation signifierait la mort pour moi". Les autorités turques ont arrêté des dizaines de milliers de personnes, dont des universitaires et des journalistes, depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan. Un tribunal d'Istanbul a acquitté la romancière des accusations de "tentative de porter atteinte à l'intégrité de l'Etat" et d'"appartenance à un groupe terroriste", et ordonné l'abandon des poursuites pour "propagande terroriste". "Pour être honnête, j'étais très surprise. Presque tout le monde partait du principe que je serais condamnée", a confié l'auteure, qui a choisi de vivre en exil en Allemagne.

Andrew Weatherall
    
Andrew Weatherall, producteur et DJ précurseur de la musique électro acid house anglaise, est décédé lundi à l'âge de 56 ans d'une embolie pulmonaire, a annoncé son agent. "Nous sommes navrés de vous annoncer qu'Andrew Weatherall, le célèbre DJ et musicien, est décédé tôt ce matin à l'hôpital londonien de Whipps Cross", a indiqué son agent dans un communiqué. Alors qu'il était hospitalisé pour une embolie pulmonaire, "un caillot de sang a atteint son coeur", a-t-il précisé, soulignant que "sa mort a été rapide et paisible".
Andrew Weatherall était l'une des principales figures du mouvement électro acid house à la fin des années 80. Célèbre pour ses remix des morceaux "World in motion" de New Order, "Soon" de My Bloody Valentine ou encore "Hallelujah" de Happy Mondays, il avait aussi fondé son propre groupe de techno expérimentale, Sabres of Paradise. Mais celui qui a contribué à documenter la culture rave via le fanzine Boys Own était surtout connu pour avoir produit l'album "Screamadelica", de Primal Scream.

Mercredi 19 Février 2020

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif