Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture





George Steiner

L'essayiste et critique littéraire franco-américain George Steiner est mort lundi à l'âge de 90 ans à son domicile à Cambridge, en Angleterre. Né en 1929 à Paris au sein d'une famille juive d'origine viennoise, George Steiner a enseigné dans les prestigieuses universités américaines de Princeton, Yale et New York, ainsi qu'à Cambridge et à Genève.
Son thème de prédilection était la capacité humaine à écrire et à parler, dont il a tiré une oeuvre clé parue en 1967, intitulée "Parler et se taire". Ses réflexions épousaient un spectre allant de la religion à la musique, la peinture et l'histoire. "Le grand, le subtil, l'exigeant George Steiner, laisse une oeuvre vertigineuse, d'une érudition iconoclaste, hantée par la monstruosité engendrée par la grande culture européenne", a réagi sur Twitter l'écrivain Jacques Attali, rendant hommage à "un ami attendrissant, masquant noblement de grandes blessures". "Avec la disparition de George Steiner, nous perdons un penseur majeur. Son érudition littéraire immense donnait du bonheur à tous ceux qui le lisaient ou l'écoutaient", a commenté sur le même réseau social le ministre français de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Gabriel Matzneff

L'écrivain français Gabriel Matzneff, sous le coup d'une enquête pour viols sur mineur, affirme "regretter" ses pratiques pédophiles passées en Asie, tout en faisant valoir qu'"à l'époque", "jamais personne ne parlait de crime". "Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. On doit, adulte, détourner la tête, résister à la tentation. Naturellement je regrette, de même que si je fais quelque chose qui n'est pas bien, je le regrette", dit-il dans un entretien à la chaîne d'information continue française BFM TV accordé en Italie, où il s'est réfugié depuis que l'affaire a éclaté. "À l'époque", fait-il toutefois valoir, "on parlait de détournement de mineur, d'incitation du mineur à la débauche, d'atteinte à la pudeur... Mais jamais personne ne parlait de crime". Et d'ajouter: "C'était il y a plus de 40 ans ! (...) Vous étiez là comme voyageur et vous aviez des garçons et des filles jeunes qui vous draguaient et vous sautaient dessus, sous l'oeil bienveillant de la police".

 

Vendredi 7 Février 2020

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Avril 2021 - 04:28 Bientôt une suite du film Downton Abbey