Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Bouillon de culture


Samedi 5 Octobre 2019

Leila Ghandi

Le prestigieux Prix ''Who is Who'' qui récompense les femmes leaders dans le monde a été décerné mercredi soir à Athènes à la Marocaine Leila Ghandi. Cette distinction a été remise à Mme Ghandi par le ministre grec de la Marine marchande et de la Politique insulaire, John Plakiotakis, lors d’une cérémonie au cours de laquelle treize autres femmes leaders dans leur domaine d’activité ont été primées. Ce prix a été décerné à Leila Ghandi en reconnaissance de son travail dans les médias et pour ses efforts dans le domaine de soutien aux femmes.
Selon les organisateurs, Leila Ghandi a reçu ce prix en tant que personnalité incontournable dans les médias aussi bien au Maroc qu’à l’international, de même qu'elle est devenue une inspiration et un modèle pour toute une génération de femmes. S’exprimant lors de la remise du prix, Leila Ghandi s’est dite fière et heureuse de recevoir cette distinction et de hisser haut encore une fois les couleurs du Maroc.

Harvey Weinstein

Un tribunal de l'Etat de New York a rejeté jeudi la demande de l'ancien producteur Harvey Weinstein de voir son procès se tenir à l'extérieur de New York par crainte que l'impartialité du jury soit menacée. L'ancien magnat d'Hollywood avait demandé à ce que son procès, dont l'ouverture a été reportée du 9 septembre au 6 janvier, se tienne dans les comtés de Suffolk ou Albany, situés au nord de New York. Harvey Weinstein faisait valoir qu'un procès juste et impartial ne pouvait se tenir dans le comté de New York, s'inquiétant notamment des conséquences de la couverture médiatique de l'affaire.
Les cinq magistrats de la chambre d'appel de la Cour suprême de l'Etat de New York qui ont étudié ce recours l'ont rejeté, sans motiver leur décision. Le cofondateur des studios Miramax et The Weinstein Company, longtemps l'une des puissantes figures d'Hollywood, est poursuivi pour deux agressions présumées, une agression sexuelle en 2006 sur une assistante de production, Mimi Haleyi, et un viol en 2013 sur une femme restée anonyme.


Lu 44 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >