Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Festival
La 6ème édition du Festival international du cinéma et de la mer (FICM), un évènement visant à encourager la production cinématographique et à mettre en avant les potentialités locales, se poursuit jusqu’au 28 septembre courant à Sidi Ifni. D'après un communiqué de l’Association du Festival international du cinéma et de la mer, cette manifestation "est une opportunité pour ancrer l'esprit d'initiative et répandre les valeurs de tolérance à travers plusieurs activités et projections cinématographiques représentant plus de 20 pays, axées sur la thématique du festival". Les organisateurs prévoient des ateliers de formation pour la jeunesse en vue de favoriser la sensibilisation à l'importance de protéger l'environnement et s'orienter sur le fait culturel et artistique pour participer au développement. Au programme du festival figurent aussi des activités artistiques touristiques telles que l’exposition "Mémoire d'une ville", un espace pour la pêche maritime artisanale et moderne, outre des hommages à un nombre d’artistes locaux.

Exposition
L'exposition "Traverser" de l'artiste Franco-Marocaine, Mouna Saboni, se poursuit jusqu’au 15 octobre, au sein de la résidence d’artistes Jardin rouge à Marrakech. A travers une œuvre engagée et sensible, Mouna Saboni nous dévoile un univers emprunt de poésie. En apposant sur certaines de ces images une calligraphie arabe, l'artiste éclaire son œuvre d’une nouvelle lueur et fait ainsi résonner son parcours, marqué par les deux rives de la Méditerranée. Tel un livre ouvert, les pages de son histoire s’écrivent et se suivent dans un écho étourdissant. Quant à ses textes, ils résonnent comme de la poésie. Ses mots donnent plus de sens aux images, à la réflexion, aux questionnements et tout simplement à son vécu.
Photographe franco-marocaine, l’identité de Mouna Saboni a été forgée par ses origines. Son travail interroge ainsi une mémoire personnelle, intimement liée au territoire. Après avoir mené des projets au long cours dans les territoires palestiniens ou encore au Brésil, elle parcourt, dans une véritable quête d’identité, la terre marocaine afin d’étudier son propre rapport à un environnement immédiat, ainsi qu’à celui d’individus rencontrés au détour d’un voyage.

Vendredi 27 Septembre 2019

Lu 53 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif