Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture





DJ Arafat

Le procureur d'Abidjan, Richard Adou, a annoncé lors d'une conférence de presse mercredi que ses services allaient désormais réprimer plus sévèrement les dérives sur l'Internet et les réseaux sociaux, menaçant les administrateurs et modérateurs de poursuites. Cet avertissement intervient dans le sillage de la mort du chanteur DJ Arafat avec la diffusion d'images de son corps après son accident puis exhumé après la profanation de son corps. C'est aussi une mesure annoncée à un an de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, dix ans après la crise de 2010-2011 ayant fait 3.000 morts alors que les réseaux sociaux n'avaient pas encore l'importance qu'ils ont aujourd'hui dans le pays. "Nous avons touché le fond" avec les "dérives" sur l'Internet autour de la mort de DJ Arafat, a lancé le procureur qui a affirmé avoir rencontré des administrateurs de sites, dont ceux de Facebook, et fait "passer un message de fermeté extrême selon lequel ces infractions seront désormais réprimées".

 

Vendredi 6 Septembre 2019

Lu 118 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Avril 2021 - 04:28 Bientôt une suite du film Downton Abbey