Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Cardi B
La reine du rap américain Cardi B a cherché à mettre fin à la controverse née d'une ancienne vidéo ayant récemment refait surface, dans laquelle elle expliquait avoir "drogué" et "volé" des hommes pour "survivre". Un extrait, vieux de trois ans, d'une vidéo Instagram de la rappeuse de New York a été massivement partagé sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours. Cardi B, dans son style habituel brut de décoffrage, y expliquait que lorsqu'elle était strip-teaseuse (son ancienne occupation avant le rap), elle "droguait et volait" les hommes.
"C'est ça ce que je faisais", ajoute-t-elle. "Je parlais de ce que j'ai dû faire dans mon passé, des choses, bonnes ou mauvaises, que je sentais devoir faire pour vivre", a-t-elle réagi sur Instagram mardi soir. "J'ai fait les choix que j'ai faits à l'époque parce que j'avais très peu d'options. J'ai eu la chance de pouvoir en sortir mais ce n'est pas le cas pour beaucoup de femmes", poursuit-elle. "Que ça soit des mauvais choix ou pas, j'ai fait ce qu'il fallait faire pour survivre", développe la superstar, récemment récompensée d'un Grammy.

Théâtre
 La cérémonie d’ouverture, qui s’est déroulée en présence du gouverneur de la province de Ouarzazate, Abderrazak Al Mansouri et des acteurs culturels de la région, a été marquée par la présentation de spectacles musicaux interprétés par la troupe Safar des musiques du monde ainsi qu’un show humoristique de l’artiste marocain, Soufiane Naoum.
Lors de cette cérémonie, il a été procédé à la présentation des 6 troupes participantes dans le concours officiel du festival, qui seront en lice pour remporter plusieurs prix, dont celui de la meilleure interprétation, la scénographie, le meilleur texte théâtral, la meilleure mise en scène et le Grand Prix Amannay.
Le programme comporte également la présentation de pièces hors compétition, dont "Chabka" de la troupe Orchid de Béni Mellal, "Camouflage" de la troupe Fawaniss, outre des spectacles se répartissant entre le théâtre de l’enfant et le théâtre de rue, tels que la pièce "Kwala Bnadem" (Des kilos d’hommes) de la troupe de théâtre Noun et arts (Maroc) et la pièce "La corde et le seau" de la troupe théâtre Al Hay (Maroc) et la pièce "Abside down" de la troupe russe Theatre Studio.

Vendredi 29 Mars 2019

Lu 161 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com