Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Chris Brown
La justice française a ouvert une enquête après une nouvelle plainte de la femme qui accuse le chanteur américain Chris Brown de viol et qui affirme que la photo d'elle prise par les policiers lors de la procédure a fuité sur Internet, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Cette enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "violation du secret de l'enquête", "violation du secret professionnel" et "diffusion d'images ou de renseignements sur l'identité d'une victime d'agression sexuelle", a précisé cette source. Selon son avocat, Jean-Marc Descoubes, une photo de la plaignante a été prise au moment de son dépôt de plainte initial, dans les locaux de la police. Elle était destinée à être présentée aux personnes placées en garde à vue ou entendues en tant que témoin mais s'est retrouvée sur Internet, affirme-t-il. "Nous avons des raisons de penser que quelqu'un a pris en photo ma cliente au cours d'une garde à vue ou d'une audition et elle circule sur les réseaux sociaux", a dénoncé Me Descoubes auprès de l'AFP. La plaignante, âgée de 25 ans et surnommée "Karima" par les médias, accuse Chris Brown, son garde du corps et un des amis du chanteur, de l'avoir violée dans un palace parisien dans la nuit du 15 au 16 janvier.

Michael Jackson   
La famille de Michael Jackson a qualifié lundi de "lynchage public" les réactions scandalisées ayant suivi la diffusion au Festival Sundance d'un nouveau documentaire relançant les accusations d'agressions sexuelles contre le chanteur. La famille avait déjà jugé début janvier "scandaleux et pathétique" ce nouveau film signé Dan Reed et intitulé "Leaving Neverland", du nom du ranch de l'artiste en Californie. Mais sa diffusion vendredi au Festival du film de Sundance --en présence notamment de la fondatrice du mouvement #MeToo Tarana Burke, selon Vanity Fair-- a déclenché une tempête sur les réseaux sociaux. Beaucoup d'internautes se sont montrés scandalisés, disant ne plus croire en l'innocence du "roi de la pop", acquitté en 2005 pour des abus sur un mineur et décédé en juin 2009 d'une surdose médicamenteuse. "Michael tendait toujours l'autre joue, et nous avons toujours tendu l'autre joue quand des gens s'en sont pris à notre famille --c'est comme ça qu'on fait chez les Jackson", a indiqué la famille du chanteur dans sa déclaration lundi.

Mercredi 30 Janvier 2019

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal