Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Prix

Le Prix international du Roi Fayçal de la langue et de la littérature arabes a été décerné à l'universitaire marocain Abdelali Mohamed Oudghiri, ex aequo avec l’académicien égyptien Mahmoud Fahmi Hijazi. Ce prestigieux prix annuel a été attribué à M. Oudghiri, professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines (Université Mohammed V) de Rabat, "pour l’originalité et la qualité de ses travaux scientifiques et son souci de promouvoir et de défendre la langue arabe face à l'influence dialectale et étrangère", a déclaré le secrétaire général de la Fondation Roi Fayçal, cité jeudi par des médias saoudiens.
Le colauréat Mahmoud Fahmi Hijazi, professeur à la Faculté des lettres du Caire, s’est vu décerner ce prix "pour ses publications scientifiques et ses efforts remarquables dans la défense des questions de la langue arabe", a-t-il ajouté.
Selon la Fondation Roi Fayçal, ce prix doté de 200.000 dollars vise à inspirer les musulmans à participer à tous les aspects de la civilisation, à enrichir les connaissances humaines et à promouvoir la langue arabe et les sciences.

Théâtre
Les Marocains du Danemark ont assisté, vendredi dernier à Copenhague, à la présentation de la pièce de théâtre amazighe "Rmas", interprétée par la troupe Marchica pour le théâtre et le cinéma de Nador.
Hommes, femmes, jeunes et moins jeunes se sont donné rendez-vous à Bremen Teater, en plein centre de la capitale danoise, pour suivre pendant plus de deux heures les péripéties d’une pièce théâtrale agrémentée de chants langoureux, de danses folkloriques et de mots d’esprit. Alternant humour, drame et péripéties, "Rmas" (le grenier) a résolument conquis le public venu nombreux pour assister aux performances, tantôt tristes, tantôt hilarantes, des multiples personnages de cette pièce aux allures d’un patchwork.
"Rmas" raconte l’histoire d’un chanteur "amdhyaz" qui veillait dans le grenier collectif sur les approvisionnements d’un petit village perdu dans les montagnes du Rif. Estimant que son rôle est inutile, les habitants du village décident de chasser le chanteur, laissant libre cours aux voleurs et aux brigands de piller leurs biens.

Libé
Lundi 14 Janvier 2019

Lu 232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com