Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Livre et théâtre
Le ministère de la Culture et de la Communication-département de la culture a indiqué que le livre et le théâtre occupent la tête des activités culturelles organisées dans les différentes régions du Royaume durant les mois d'octobre et de novembre derniers (un total de 628 activités sur 1.500).
Le mécanisme d'évaluation des activités culturelles régionales qui s'effectue tous les deux mois, et qui a été initié lors de l'ouverture de la cérémonie de lancement de l'année culturelle le 12 octobre 2017, se veut une mesure intégrée dans le système de gestion ordinaire des directions régionales de la culture et connaît un élargissement remarquable des activités et programmes, aussi bien au niveau de la couverture territoriale du Royaume, qu'au niveau du fonctionnement culturel et artistique le long de l'année, précise le ministère dans un communiqué.

Festival
La "Taskiwin", danse aux allures d'art martial caractéristique du Haut-Atlas occidental, sera en fête le 22 décembre courant à Taroudant. Un festival, prévu à la Place 20 août de la ville, mettra en valeur ce patrimoine culturel immatériel désormais inscrit sur la liste de l’Organisation de l’ONU pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).
Cette danse, essentiellement masculine, tire son nom de la corne à poudre que porte chaque danseur sur son épaule gauche, tiskt (pluriel: Taskiwin). Les mouvements consistent à faire vibrer les épaules au rythme des tambourins et des flûtes, pour restituer des épisodes guerriers, d'héroïsme et de bravoure.
En 2017, elle a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco qui nécessite une sauvegarde urgente. Selon l’organisation onusienne, cette pratique était menacée par différents facteurs, notamment "la mondialisation, le dénigrement croissant des pratiques patrimoniales traditionnelles par les jeunes et un déclin de l’artisanat associé à la danse". "On a néanmoins pu observer au cours des deux dernières décennies une prise de conscience collective accrue au sein des communautés, et la création d’associations dédiées afin de sauvegarder la pratique", avait relevé l'Unesco.

Mercredi 19 Décembre 2018

Lu 256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.