Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Fresques murales

Une exposition de peintures baptisée "Kharbachat", qui porte sur des fresques murales géantes signées par une dizaine de jeunes artistes, a été inaugurée, récemment à Oujda, à l'initiative de l'Association "Collectif Tzouri" pour la culture et le développement.
Réalisées au cœur de l'ancienne médina, ces œuvres illustrent notamment un portrait d'un homme âgé et des peintures représentant de grandes ailes d'oiseau, l'objectif étant de préserver le patrimoine immatériel et de rapprocher les gens de l'art contemporain et moderne.
"En travaillant en concertation avec les habitants, nous avons pris l’initiative d'embellir des ruelles de l'ancienne médina à travers des toiles inspirées des traditions et de la culture locale", explique à la MAP, Mohamed Momo, président du "Collectif Tzouri", une expression en langue amazighe qui signifie beauté.
Le Street art permet aux jeunes de laisser libre cours à leur créativité et de donner vie et couleurs aux murs, a-t-il dit, notant que l'association a déjà entrepris des initiatives similaires portant sur la colorisation des passages piétons au centre-ville d'Oujda qui se sont transformés en véritables œuvres d'art, le but étant de sensibiliser aussi bien les piétons que les automobilistes sur la sécurité routière.
Fruit d'une collaboration avec la Fondation Moulay Slimane d'Oujda, cette exposition donne à voir une multitude de toiles aux couleurs chatoyantes permettant aux gens de profiter de la beauté et de la dimension expressive de la peinture murale.
Créé en 2016, le "Collectif Tzouri", qui s’intéresse aussi bien à la musique, à l’audiovisuel qu’aux arts plastiques, s'assigne pour objectif de promouvoir l’éducation artistique et culturelle auprès des jeunes de la région.

Exposition

Le vernissage de l'exposition "Les sentiers de la bande dessinée espagnole", une vitrine sur la bande dessinée et le roman graphique espagnol le plus actuel, a eu lieu à la galerie de l’Institut Cervantès de Casablanca.
Produite par la Fondation Al Fanar en partenariat avec l’Agence espagnole pour la coopération internationale et le développement (AECID) et le ministère de la Culture espagnol, cette manifestation offre une sélection variée d'auteurs, de styles, de formats narratifs, d'histoires et de publics auxquels ils sont destinés.
Plusieurs auteurs sont présentés par le commissaire Pedro Rojo dans le cadre de cette exposition, à savoir Paco Roca, Miguelanxo Prado, Juan Diaz Canales, Alfonso Zapico, Javi Rey, José Luis Munuera, Emma Ríos, Manuel Gutiérrez et Xulia Vicent, Cristina Florido et Francisco Ruizge, et Alberto Madrigal.

Mardi 9 Octobre 2018

Lu 218 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif