Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Téléchargement 
illégal

La Cour suprême du Canada a autorisé vendredi les fournisseurs de services Internet à réclamer des frais aux studios d’Hollywood et autres détenteurs de droits d'auteur pour leurs démarches destinées à identifier des abonnés soupçonnés d'avoir illégalement téléchargé notamment des films. Cette décision risque d'entraver le combat contre la violation du droit d'auteur en ligne, en induisant un coût aux démarches des victimes présumées. Le montant que les fournisseurs pourront réclamer pour compenser le temps et les efforts consacrés à l'identification des suspects de téléchargements illégaux sera déterminé lors d'une prochaine audience. L'affaire a été déclenchée par un groupe de producteurs de films qui se sont regroupés pour lutter contre le partage illégal sur Internet de leurs films.

Prix
La ville d'Agadir abrite le Prix national de la culture amazighe, catégorie film, avec en lice huit longs et courts métrages. L'objectif de cette manifestation, qui a débuté vendredi soir, est de mettre en valeur les réalisations des jeunes talents dans le domaine du 7ème art d'expression amazighe. L'évènement a commencé par la projection de cinq courts-métrage et un documentaire. Samedi, le public a eu l'occasion de suivre deux autres courts et un long métrages. Le jury de la compétition est présidé par Mohamed Salou de l'IRCAM, avec comme membres Brahim Hasnaoui et Ali Mourif. Le programme comprend, par ailleurs, une rencontre sur "Les enjeux de la langue amazighe au Maroc: entre média et cinéma" et une table ronde sur "L'état de la production audiovisuelle au Maroc".

Lundi 17 Septembre 2018

Lu 442 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.