Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Banderas dans la peau de Picasso




Banderas dans la peau de Picasso
Dans les immenses studios de Budapest cernés de neige, Antonio Banderas, cheveux gris et plaqués, donne chair à un Pablo Picasso qui se retourne sur sa longue existence pour la série américaine "Genius Picasso".  "Le vieux Picasso regarde sa vie dans le rétroviseur", explique le comédien, originaire de Malaga, comme le peintre espagnol. La série en 10 épisodes qui a donné lieu à une enquête fouillée va "donner une vision plus large de l'homme et de l'artiste", fait-il valoir, le temps d'une pause. Le rythme de travail est soutenu: "Après cinq heures de maquillage", l'acteur tourne près de sept scènes par jour. Entamé en octobre dernier, le tournage s'est déroulé à Paris, Barcelone, Malaga, Budapest et allait bientôt rejoindre Malte. Ken Biller, scénariste en chef de la série, a fait de la vie du maître une épopée du XXe siècle. "Notre boulot est de divertir et de raconter une bonne histoire", souligne-t-il en marge du tournage, en banlieue de Budapest.
La gageure était de ne pas trahir la "vérité historique". "Nous nous sommes emparés de la véritable histoire de Pablo Picasso, mort à 92 ans, et en avons tiré du drame, de la tension, de l'émotion et créé du suspense", poursuit-il. "Nos dialogues sont nourris de propos dont on sait qu'ils ont été prononcés par les différents protagonistes", explique-t-il. Toute la série est fondée sur des événements qui ont eu lieu, affirme-t-il, admettant cependant "quelques entorses". "Nous avons pris par exemple la liberté de compresser la durée de certains événements", précise-t-il.

Samedi 24 Mars 2018

Lu 314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal