Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bajolet, Driencourt et la vie «artificielle» du président Bouteflika




Toute vérité n’est pas bonne à dire ! C’est, semble-t-il, le credo de la classe politique algérienne qui ne voulait absolument pas entendre la vérité sur l’état de santé de son président Abdelaziz Bouteflika. Dans un entretien accordé au journal français Le Figaro, le 21 septembre courant, Bernard Bajolet, en sa qualité d’ex-ambassadeur de France à Alger , mais aussi et surtout d’expert du monde arabo-musulman et ancien directeur général de la Sécurité extérieure (DGSE), a tout simplement dévoilé l’indicible: «Le Président Bouteflika, avec tout le respect que j'éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement ». Un ton diplomatique au degré zéro !
Lui qui croyait dire ce que tout le monde sait, ne savait pas qu’il avait jeté une pierre dans un lac dormant, ou qu’on croit dormant. Et si ce n’étaient pas les médias algériens qui appelaient les décideurs à sortir de leur mutisme à propos de ces déclarations, Al Mouradia voudrait manifestement garder un secret de Polichinelle et faire de la bouffonnerie une politique d’Etat … espèrant tourner le dos à une question majeure : qui gouverne l’Algérie ?
Bien que les propos de Bajolet aient porté sur des sujets qui fâchent, les observateurs, algériens notamment, n’ont sélectionné que cette information connue/tue sur l’état de santé du président malade. En effet, l’ancien ambassadeur français à Alger est revenu sur cette question de légitimité historique qui continue à couvrir l’acte politique officiel. «La légitimité historique est un levier par lequel le pouvoir algérien dirige le pays et le président Abdelaziz Bouteflika est extrêmement malade... La nomenklatura algérienne, issue ou héritière de la guerre d’indépendance, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l'égard de l'ancienne puissance coloniale», a-t-il confié au Figaro.
Par ailleurs, et dans l’objectif de remettre les pendules à l’heure … diplomatique, l’actuel ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, a officiellement réagi en ce début de semaine aux propos tenus par son prédécesseur, indiquant qu’il s’exprimait « exclusivement en son nom ».
 «Dans sa dernière sortie médiatique, Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Algérie et ex-chef de la DGSE sous Nicolas Srakozy, a parlé en son nom et il n'engage en aucun cas les autorités officielles françaises », a affirmé lundi devant la presse Xavier Driencourt, en marge d'une activité à l'Assemblée populaire algérienne.
Le diplomate français a renchéri : "Lui c'est lui, moi c'est moi … c'est-à-dire qu’il s'exprime à titre personnel, à titre privé. Il n'engage en aucun cas, je dis bien en aucun cas, le gouvernement, le président et l'administration française. Il s'exprime en son nom personnel». C’est peut-être vrai, mais n’empêche qu’il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas !

Mustapha Elouizi
Mercredi 26 Septembre 2018

Lu 780 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com