Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baisse du rythme d’accroissement des crédits aux entreprises privées

Le crédit au secteur non financier devrait accroître de 3,7% cette année et de 3,8% en 2022, selon Bank Al-Maghrib


Libé
Vendredi 15 Octobre 2021

Baisse du rythme d’accroissement des crédits aux entreprises privées
Le crédit au secteur non financier devrait s’accroitre de 3,7% au terme de cette année et de 3,8% en 2022. C’est ce que prévoit Bank Al-Maghrib dans son dernier rapport sur la politique monétaire (RPM).

Selon le document, qui présente l’ensemble des analyses sous-tendant les décisions de la Banque centrale, la croissance annuelle du crédit au secteur non financier a, entretemps, décéléré au deuxième trimestre 2021 à 3,3% contre 4,1% au trimestre précédent.

Dans son rapport, Bank Al-Maghrib précise que cette évolution recouvre « un ralentissement de la progression des prêts accordés aux entreprises privées, une accentuation de la baisse de ceux octroyés aux entreprises publiques et une accélération de la croissance des crédits aux ménages ».

D’après les données trimestrielles relatives au deuxième trimestre 2021, les crédits aux entreprises privées ont vu leur rythme d’accroissement revenir de 5,6% à 2,7% au cours de la même période.

Ce recul s’explique par la décélération de la croissance des facilités de trésorerie, qui passe de 14,2% à 7,1% ; l’atténuation de la baisse des prêts à l’équipement qui chute à 4,1% contre 4,9% au trimestre précédent et le repli de 4,7% des crédits immobiliers après une appréciation de 1,2%.

Dans le même temps, les concours accordés aux entreprises publiques ont accusé un recul de 9,1%, après la baisse de 6,2% enregistrée au premier trimestre, en raison de l’accentuation du recul des prêts à l’équipement de 11,3% à 14,2%.

Il est à noter que les facilités de trésorerie accordées aux entreprises publiques sont par contre ressorties en hausse de 12,2% après une diminution de 2,2% ; tout comme les crédits immobiliers qui ont connu une amélioration de 23,6% après le repli de 19,1% observé au cours du trimestre précédent.

Selon les données publiées dans son rapport, qui synthétise les évolutions économiques, monétaires et financières récentes ainsi que les projections macroéconomiques, la progression des crédits aux entrepreneurs individuels a décéléré à 5% au deuxième trimestre contre 8% au trimestre précédent.

A en croire BAM, cette régression est liée à « la décélération de celle des facilités de trésorerie de 23,7% à 20,2% et l’accentuation du recul des crédits destinés à la promotion immobilière de 12,4% à 17,0% alors que la baisse des prêts à l’équipement s’est atténuée, passant de 2,8% à 1,4% », explique-t-elle.

Par branche d’activité, le rapport fait état d’un accroissement de 4,6% en glissement annuel des crédits destinés au secteur « bâtiment et travaux publics », après un repli de 0,6% un trimestre auparavant.

Parallèlement, les crédits accordés aux « industries chimiques et parachimiques » ont connu une accélération, passant de 1,2% au premier trimestre à 11% au deuxième trimestre.

Des données du rapport, il ressort que les rythmes de progression des concours aux branches des « industries alimentaires et tabac » et des « industries textiles, de l’habillement et du cuir » ont en revanche décéléré au cours de la même période.
En effet, ils ont reculé respectivement de 12,5% à 9% et de 19,2% à 13,9%, a fait savoir Bank Al-Maghrib.

Pour ce qui est des prêts aux particuliers, l’analyse des données disponibles montre que leur taux de progression est passé de 3,8% à 6,3%, suite à l’amélioration de 4,7% à 7,7% de la croissance des crédits à l’habitat et à la stabilité des prêts à la consommation (après une baisse de 3,6%).

A souligner que les créances en souffrance ont affiché une hausse de 11,1% et que leur ratio à l’encours du crédit bancaire s’est établi à 8,6%. BAM précise qu’« elles se sont accrues de 11,9% pour les entreprises non financières privées et de 9,9% pour les ménages ».

S’agissant des prêts octroyés par les sociétés financières autres que les banques au secteur non financier, il apparait qu’ils ont connu une légère progression de 0,5%, après un recul de 1% un trimestre auparavant.

Alain Bouithy
 
 


Lu 2178 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS