Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Avec des indicateurs dans le rouge, la Tunisie a besoin d’ aide



 La Tunisie a le taux de mortalité lié à la Covid-19 “le plus élevé” de la région, a alerté le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), soulignant que la situation risque encore de s’aggraver dans ce pays qui a besoin d’aide et de vaccins. “La Tunisie est le pays qui a le plus fort taux de mortalité de tout le continent africain et de tout le monde arabe”,souligne le DrYves Souteyrand, dans un entretien avec l’AFP. Elle enregistre “plus de 100 morts par jour” dans un pays de 12 millions d’habitants - “c’est vraiment beaucoup”, indique-t-il. Le pays, qui n’a connu qu’une cinquantaine de morts de mars à août 2020, en est actuellement à plus de 16.000 décès, avec des records de 194, 189 ou 144 nouveaux décès quotidiens enregistrés ces derniers jours. La gravité de la situation est d’autant plus évidente que “la Tunisie est plus transparente dans ses données que beaucoup d’autres pays”, explique-t-il: “Le nombre de décès rapporté parla Tunisie est sans doute plus proche de la réalité”. Au delà de l’effet statistique, “la situation sanitaire est grave et tous les indicateurs sont au rouge”, ajoute-t-il. Le taux d’incidence est “très préoccupant”, explique le représentant de l’OMS, et “le variant Delta, qui est très contagieux, est très présent” en Tunisie. Des régions tunisiennes “sont dans une situation épidémiologique particulièrement préoccupante aujourd’hui. On avait Kairouan (centre), Siliana (centre), Béja (nord-ouest) maintenant s’ajoutent Tataouine (sud) et Kasserine (centre)”. Le pays pâtit d’une profonde crise politique qui perturbe la prise de décision et mine la confiance des citoyens envers les autorités. Son système hospitalier public, qui fut longtemps un fleuron, est fragilisé par des années de mauvaise gestion et de manque de moyens. Plusieurs autres facteurs ont contribué à ce que la Tunisie arrive à cette situation “sévère”, souligne le Dr Souteyrand. En mars 2020, la Tunisie a pris des mesures précoces et strictes, qui lui ont permis de circonscrire la pandémie—mais au prix d’un effort difficilement reconductible. “Cela a eu un impact économique et social extrêmement élevé, ce qui fait que par la suite les autorités ont géré un équilibre entre la réponse sanitaire et la réponse socio-économique”, souligne le Dr Souteyrand. Depuis, les restrictions sont restées limitées. En outre, “il n’y avait pas chez la population une préoccupation suffisante de l’épidémie”, estime-t-il. “Compte tenu du fait que le variant Delta se propage d’une manière large aujourd’hui, on peut penser qu’on n’est pas encore dans la phase de pic épidémique, on n’a pas encore atteint le sommet, ni en terme du nombre des cas ni en terme de décès”, prévient l’expert. La Tunisie “risque d’avoir encore des jours difficiles” durant lesquels “le système de santé va continuer à être très sollicité”. “Les ressources humaines qui travaillent dans les services Covid sont épuisées et en nombre insuffisant. Le manque de spécialités est particulièrement critique dans le système hospitalier public tunisien, notamment l’anesthésie et la réanimation”, explique-t-il. “Le système n’est pas en mesure de répondre à l’importance de la demande de soins”.

Libé
Mercredi 14 Juillet 2021

Lu 324 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS