Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au moins 22 policiers tués dans un attentat en Afghanistan

Les talibans ont revendiqué l'assaut




Au moins 22 policiers ont été tués dans une embuscade des talibans dans la très instable province de Farah, dans l'ouest de l'Afghanistan, a-t-on appris lundi auprès de responsables locaux.
"Vingt-deux corps et deux policiers blessés ont été emmenés à l'hôpital de Farah. Ils ont tous été tués dans l'embuscade", a déclaré le docteur Shir Ahmad Weda, qui dirige cet établissement.
Les talibans ont revendiqué l'assaut, assurant avoir tué 25 policiers. "Quatre véhicules ont été détruits et une large quantité d'armes a été saisie", a déclaré Qari Yousuf Ahmadi, un porte-parole des insurgés, via la messagerie WhatsApp.
Le porte-parole de la police de Farah, Mohibullah Mohib, a de son côté fait état de 5 policiers tués et 7 blessés lors de l'attaque d'un convoi de police dans le district de Juwain.
Les forces de sécurité afghanes sont enclines à minimiser leurs pertes, quand les talibans exagèrent au contraire celles qu'ils leur infligent.
L'adjoint au chef de la police de Farah a été tué dans l'incident, a déclaré Shahla Abubaker, un membre du conseil provincial.
Police et armée sont régulièrement acculées par les talibans dans la province de Farah, frontalière de l'Iran, où la culture du pavot est répandue et qui a été le théâtre d'intenses combats ces dernières années.
Les rebelles ont essayé à trois reprises de s'emparer de Farah, la capitale provinciale éponyme, en 2017, selon le réseau d'analystes Afghanistan Analysts Network.
Ils ont tenté à nouveau en mai dernier, avant que des frappes afghanes et américaines ne les contraignent à reculer.
Le contrôle du gouvernement de Kaboul sur le territoire afghan est tombé à son plus bas niveau depuis trois ans ces derniers mois, alors que les services de sécurité subissaient des pertes record, selon un rapport récent de l'Inspecteur général pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar), une entité publique américaine.
Cette intensification des combats se produit alors que les talibans ont donné des signes de vouloir négocier.
L'envoyé spécial américain Zalmay Khalilzad a dernièrement indiqué qu'il espérait qu'un accord de paix sera signé avant la prochaine présidentielle, prévue le 20 avril.
Cette élection pourrait toutefois être reportée de trois mois, a annoncé lundi la Commission électorale indépendante (IEC), organisatrice du scrutin, et la Commission de vérification électorale (ECC).
Par ailleurs, au moins 79 soldats ont été blessés vendredi dans un attentat suicide perpétré à l’intérieur d’une mosquée  bondée.
Dans sa revendication via son site de propagande Amaq, l'EI annonce avoir tué 50 soldats et blessé 110 autres.
Mais un responsable du gouvernement, sous couvert d'anonymat, a indiqué à l'AFP que 27 soldats avaient été tués et 44 blessés.
Le porte-parole de la province de Khost (est), Taliban Mangal, a déclaré à l'AFP que 13 soldats ont été tués et "environ" 40 autres blessés.
Les responsables du gouvernement et les autorités militaires sont fréquemment soupçonnés de minimiser les bilans des crimes des groupes insurgés.
"Une enquête a été lancée" pour comprendre le déroulement de cette attaque, a indiqué le porte-parole de la présidence afghane, Haroon Chakhansuri.
"C'est une attaque similaire à ce qui s'était produit contre le 209e corps d'armée" à Mazar-i-Sharif en avril 2017 lorsque des talibans, pour certains des anciens de la base militaire, avaient tué près de 150 jeunes recrues, la plus meurtrière attaque jamais perpétrée en Afghanistan.
"Ceux qui n'ont pas rempli leurs devoirs seront poursuivis en justice", a ajouté M. Chakhansuri.
Un communiqué du gouverneur de Khost a confirmé qu'une "délégation haut gradée est arrivée de Kaboul afin de mener l'enquête".
Le président Ashraf Ghani avait condamné dimanche cette "attaque terroriste" menée par "les ennemis de l'Afghanistan", la qualifiant d'"anti-islamique, inhumaine".
Cet attentat est survenu trois jours après une autre attaque-suicide perpétrée mardi à Kaboul lors d'un rassemblement religieux célébrant la naissance du Prophète Mohamed. Au moins 55 personnes ont été tuées et 94 blessées. Il n'a pas été revendiqué.
Depuis le début de l'année 2015, quand les forces afghanes ont pris le relais des troupes de combat de l'Otan dirigées par les Etats-Unis, près de 30.000 soldats et policiers afghans ont été tués, a révélé ce mois-ci le président Ashraf Ghani.
Un chiffre qui équivaut à 20 morts par jour, beaucoup plus élevé que tout ce qui avait été reconnu jusqu'ici.

Mardi 27 Novembre 2018

Lu 530 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com