Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Maroc, le Sars-Cov2 a tué 254 personnes en l’espace de quatre jours

Malgré les efforts accomplis, l’immunité collective ne serait pas si imminente


Si dans l’ensemble, la campagne de vaccination nationale se poursuit sans accroc majeur, en termes d’approvisionnement et d’effets secondaires notamment, les autorités sanitaires n’ont toujours pas réussi à convaincre certains citoyens et citoyennes récalcitrants. Avant toute obligation gouvernementale, une hypothèse qui prend de plus en plus d’épaisseur, l'exécutif mise pour l’instant sur une démarche citoyenne et sur le sens des responsabilités de tout un chacun. Mais cette stratégie a atteint ses limites.

A voir certains centres de vaccination récemment pris d’assaut, on pourrait croire que l’immunité collective n’est plus qu’une question de temps et d’organisation. Mais en réalité, c’est un peu plus compliqué. Car d’un côté, plus de 25,5 millions de doses ont été administrées, à la date du 5 août, mais d’un autre côté, la vaccination est inégale entre les tranches d'âge. Au fur et à mesure que la campagne s'élargissait aux plus jeunes, le taux de vaccination baissait. Mal leur en a pris. Puisqu’aujourd’hui les services de réanimation accueillent principalement des personnes non vaccinées.

Si l’on en croit un poste Facebook de Hicham Sbai, professeur de l'enseignement supérieur en anesthésie réanimation et médecine d'urgence à la Faculté de médecine et de pharmacie de Tanger, 98% des patients admis au service de réanimation et de soins intensifs de l'hôpital Duc de Tovar de Tanger, ne seraient pas vaccinés. Autres caractéristiques, “90% de ces patients viennent tardivement au circuit Covid-19, alors que 92% d’entre eux ont plus de 75% d'atteinte pulmonaire sur le scanner”, a indiqué le professeur Hicham Sbai, tout en réitérant son appel à la vaccination, sans aucun doute traumatisé par la situation actuelle, dans un hôpital où 50% des lits sont occupés par 12 patients jeunes, âgés de 30 à 44 ans, trois femmes enceintes, 2 nourrissons de 7 et 9 mois, un enfant de 13 ans et 18 patients dont l'âge est compris entre 50 et 73 ans

Par ailleurs, bouder la vaccination participe grandement à la propagation de l’épidémie. Preuve en est le bilan épidémiologique de jeudi. Il a fait état de 12.039 nouveaux cas recensés en 24h contre plus de 10.000, la veille. Pis encore, la Covid a fait 72 victimes dans le même laps de temps. Une escalade morbide qui fait froid dans le dos, puisque lundi, le Royaume dénombrait 52 décès, 64 mardi et 66 décès mercredi. Soit 254 victimes du Sars-Cov2 en l’espace de quatre jours. Au total, 10.087 personnes ont perdu la vie depuis le début de l’épidémie dans le pays, le 1er mars 2020.

La course meurtrière de Covid-19 n’est malheureusement pas près de s'arrêter. Outre le nombre de cas actifs qui est passé de 60.576 à 65.196 cas en 24 heures, les services de réanimation sont sous pression. Même s’ils sont encore loin de la saturation, le personnel de santé qui s’y affaire ne chôme pas pour autant. 1.472 patients sont désormais hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs, dont 423 ont été admis en réanimation au cours des dernières 24 heures, contre 312 la veille et 232 mardi.

Au Maroc, comme partout ailleurs dans le monde, le variant Delta fait des ravages sur son passage. Principalement à cause de sa contagiosité élevée. Cela se vérifie à l’aune du taux de positivité dans le pays, qui a atteint des sommets (25%) sur les 48.203 tests effectués entre jeudi et vendredi.

C.E

Libé
Vendredi 6 Août 2021

Lu 704 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS