Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Bangladesh, rude Ramadan en vue dans les camps rohingyas




Pour le million de musulmans rohingyas ayant fui la Birmanie pour trouver abri dans de gigantesques cités de tentes du Bangladesh adjacent, le traditionnel mois du jeûne qui commence cette semaine sera un rappel amer de tout ce qu'ils ont perdu.
"Ici, nous n'avons pas les moyens de faire des cadeaux, nous n'avons pas de bonne nourriture... Car ce n'est pas notre pays", explique M.D Hashim à l'AFP qui l'a rencontré dans les tréfonds du plus grand camp de réfugiés de la planète. Sur ces collines stériles, la végétation a été entièrement rasée pour faire place à des abris de fortune.
Cette explosion démographique résulte d'un exode massif d'environ 700.000 Rohingyas depuis août de l'année dernière. Ils ont fui une campagne de l'armée birmane considérée par les Nations unies comme une épuration ethnique. Si les réfugiés sont conscients de leur chance d'avoir la vie sauve, les conditions de pauvreté extrême, la surpopulation et la chaleur leur font redouter un Ramadan particulièrement éprouvant dans le district de Cox's Bazar (pointe sud du Bangladesh).
Considérés comme des hôtes temporaires par le Bangladesh, les Rohingyas sont en effet enfermés dans les camps et n'ont pas le droit d'en sortir pour travailler. Les routes de la région sont filtrées par des barrages militaires. Nombre d'enfants rohingyas ne pourront pas passer ce Ramadan avec leur famille. Dans la marée humaine de l'année dernière, des milliers de mineurs ont débarqué non-accompagnés, s'étant égarés ou ayant perdu leurs proches dans les violences ou les maladies. Privés de moyens de subsistance, ils dépendent uniquement de la charité des organisations internationales ou non-gouvernementales.
"Malheureusement, ce sera leur premier Ramadan à se remémorer pour les mauvaises raisons", constate Roberta Businaro de l'ONG Save The Children. "Ils n'auront que de la terre et la poussière pour jouer. Ils passeront le Ramadan loin de leur foyer, de leurs parents et de leurs amis."

Jeudi 17 Mai 2018

Lu 133 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés