Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Attaques dans le centre de Ouagadougou près de l'ambassade de France



Attaques dans le centre de Ouagadougou près de l'ambassade de France
Des attaques armées étaient en cours vendredi matin dans le centre de Ouagadougou, notamment près de l'ambassade de France et de l'état-major des armées, selon un correspondant de l'AFP et des témoins.
Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d'une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l'ambassade de France dans le centre de la capitale du Burkina Faso.
Un correspondant de l'AFP sur place a entendu des échanges de tirs intenses et vu un véhicule, celui des assaillants selon des témoins, en feu sur la chaussée. Des unités de gendarmerie et de l'armée se déployaient sur les lieux a également constaté ce correspondant.
D'autres témoignages ont fait état d'une explosion près de l'état-major des armées burkinabè et de l'institut français, à environ un kilomètre de cette première attaque, toujours dans le centre de la capitale burkinabè.
Par ailleurs, la police nationale du Burkina Faso a confirmé vendredi qu'une attaque armée étant en cours à Ouagadougou et a appelé la population à éviter certains quartiers de la capitale dont celui qui abrite les services du Premier ministre.
"Les unités spécialisées des forces de défense et de sécurité sont en action", précise la police sur sa page Facebook.
L'ambassade de France au Burkina Faso a déclaré sur Facebook être visée par une attaque ainsi que l'Institut français de Ouagadougou.
Une source française à Paris a pour sa part fait état d'"une attaque en cours contre l'ambassade de France et l'état-major burkinabé".
La capitale du Burkina a été ces dernières années à plusieurs reprises la cible d'attaques jihadistes visant des cibles fréquentées par les Occidentaux, et les attaques de groupes jihadistes contre des représentants de l'État (gendarmeries, écoles notamment) sont régulières dans le nord du pays, frontalier des zones instables du Mali.
Le 13 août dernier, deux assaillants avaient ouvert le feu sur un café-restaurant hallal, le Aziz Istanbul, situé sur la principale avenue de la capitale, faisant 19 morts et 21 blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée.
Le 15 janvier 2016, trente personnes, dont six Canadiens et cinq Européens, avaient été tuées lors d'un raid jihadiste contre l'hôtel le Splendid et le restaurant Cappuccino dans le centre de Ouagadougou. L'assaut, donné par les forces burkinabè soutenues par des militaires français, avait duré une douzaine d'heures et l'attaque avait été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islmaique (Aqmi) qui l'attribue au groupe jihadiste Al-Mourabitoune.

Samedi 3 Mars 2018

Lu 321 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS