Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Asilah, une galerie à ciel ouvert




Asilah,  une galerie  à ciel  ouvert
Dans une ville imbibée d'art et de couleurs, la sculpture n'est pas considérée comme chose étrange. C'est bien la ville d'Assilah qui a misé depuis plus de quatre décennies sur la culture et les différentes formes d'art pour créer une dynamique de développement, basée sur l'investissement dans la créativité, la célébration de l'imagination et l'exaltation de la pensée.
Assilah est considérée comme un musée et une galerie à ciel ouvert, en abritant des dizaines d'œuvres d'artistes marocains et étrangers, des peintures murales qui ornent les murs de l'ancienne médina et des sculptures sur pierre et métal posées sur les principaux ronds-points et places de la ville. Ici, partout où vous tournez votre visage, il y a de l'art. Du sud au nord de la ville, des sculptures créées par des artistes venus de tous horizons ornent les ronds-points, les places publiques, les jardins et la corniche d'Assilah, pour le plus grand bonheur des habitants et visiteurs de la cité balnéaire, qui y voient une source d'inspiration, d'énergie et d'espoir.
"Assilah est une ville d'art par excellence", a déclaré à la MAP le deuxième secrétaire général de la Fondation du Forum d'Assilah, Taoufik Louzari, ajoutant "en plus des peintures murales et des expositions d'œuvres d'art organisées en permanence dans la ville, il y a aussi des expositions de sculptures en plein air".  "La ville compte 21 sculptures magnifiques posées sur les principaux ronds-points et places publiques", a-t-il fait savoir, notant que des sculptures réalisées par les artistes Khalid Ferhan (Bahrein), Sebastian (Mexique) et Amin Nour (Soudan) ornent le boulevard Moulay El Hassan Ben El Mehdi (corniche), avec une consécration spéciale des oeuvres de sculpteurs marocains, tels qu'Abdelkrim Ouazzani, Abderrahman Rahoul, Mouad El Jbari et Ikram Kabbaj. A cela s'ajoutent des sculptures installées dans le jardin de la bibliothèque du prince Bandar Ben Sultan, qui sont réalisées par des artistes marocains et étrangers, ainsi que d'autres sur la place Mohammed V et les ronds-points de la ville, a-t-il poursuivi.
Ce sont des créations sur pierre et métal réalisées, avec des techniques diverses, par des talentueux artistes internationaux en commémoration de leur participation à l'une des éditions du Moussem culturel international d'Assilah, organisé par la Fondation du Forum d'Assilah, qui a fait de la culture un levier de développement. M. Louzari a souligné que ces sculptures sont créées par des artistes du monde entier, en particulier d'Amérique latine, d'Afrique, du monde arabe et du Maroc, dont des sculpteurs d'Assilah, relevant que presque la majorité de ces oeuvres d'art a été réalisée à l'occasion de l'une des précédentes éditions du Moussem culturel d'Assilah, à l'exception des sculptures réalisées dans le cadre du Symposium international de la sculpture, tenu en 2018 à Assilah, avec la participation de huit artistes.
Les huit sculptures monumentales, produites dans le cadre de ce symposium, ont été installées à l'entrée de la médina d'Assilah, en particulier sur la place Bab El Bahr. Elles représentent différents courants artistiques de sculpteurs de renommée mondiale, en l'occurrence Paulo Augusto Aurelli (Argentine), Omar Tousson (Egypte), Nando Alvarez (Espagne), Alex Labejof (France), Maria Grazia Collini (Italie), Mario Lopes (Portugal) et de Ikram Kabbaj (Maroc).
A cela s'ajoute la grande sculpture métallique, réalisée par la talentueuse artiste, Ikram Kabbaj, au rond-point du Boulevard Mohammed VI, qui a été dévoilée mercredi dernier au public.  Cette pièce, intitulée "Darat" (cercles), donne à voir une oeuvre d'art sous forme d'une spirale métallique, dont la forme change en fonction de l'angle de vue. "Il s'agit d'une œuvre qui s'inscrit dans le cadre de l'art public, d'autant plus que la sculpture n'est pas étrangère à la ville d'Assilah", a dit Mme Kabbaj, formulant le souhait que cette sculpture contribuera à embellir davantage la ville et à renforcer son rayonnement.
Assilah peut, certes, s'enorgueillir de la beauté, de la créativité et de l'art qui a émergé des murs des expositions et galeries pour envahir les rues et les places de la ville, à l'initiative de la Fondation du Forum d'Assilah, qui a contribué à la démocratisation de l'art et son rapprochement du grand public.
Dans ce cadre, M. Louzari a assuré que les sculptures ont ajouté une valeur esthétique à Assilah et l'ont rendue spéciale, notant qu'Assilah peut s'enorgueillir "d'être une petite ville qui regorge une énorme quantité de sculptures".
Dans une ville qui respire l'art à l'état pur, les habitants essayent par tous les moyens de préserver et valoriser toutes les œuvres d'art, qui sont devenues un patrimoine commun.
Plus encore, ces sculptures constituent des points de repère importants où les Zailachis se donnent rendez-vous, mais aussi des oeuvres fascinantes qui attirent le regard des visiteurs et les incitent à se prendre en photo devant elles, pour garder le souvenir de l'endroit et la mémoire de la Cité des arts. 

Lundi 27 Juillet 2020

Lu 882 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif