“Ashkal”, un long métrage tunisien mêlant avec brio intrigue policière et fiction


Libé
Lundi 14 Novembre 2022

Premier long-métrage du jeune réalisateur tunisien Youssef Chebbi, le film "Ashkal", projeté samedi dans le cadre de la compétition officielle de la 19ème édition du Festival international du film de Marrakech, est une œuvre cinématographique qui mêle avec brio intrigue policière et fiction. 


Deuxième film à être projeté parmi les 14 longs-métrages en lice cette année pour décrocher la prestigieuse "Etoile d'or", "Ashkal", qui a bénéficié de l’appui des Ateliers de l’Atlas, la plateforme industrie du festival, dédiée à l’accompagnement d’une nouvelle génération de cinéastes issus d’Afrique et du Moyen-Orient, est, en effet, une œuvre au suspense époustouflant, qui mêle à la fois des ingrédients de l'enquête policière et des éléments de la fiction.


D'une durée de 92 minutes, le film braque les projecteurs sur deux policiers, Fatma, interprétée par l’actrice Fatma Oussaifi, et Batal (Mohammed Houcine Grayaa), qui découvrent un corps calciné dans un chantier inachevé dans l’un des bâtiments des "Jardins de Carthage", quartier de Tunis, créé par l'ancien régime, mais dont la construction a été brutalement stoppée au début de la révolution.


Alors que les chantiers reprennent peu à peu, Fatma et Batal commencent à se pencher sur ce cas mystérieux. Mais cet incident ne semble pas isolé puisqu’un cas similaire s'est produit avant qu'ils ne puissent élucider cette affaire.


L’enquête prend ainsi un tour déconcertant et la chasse au coupable est lancée, même si ce dernier semble avoir toujours une longueur d'avance sur les deux policiers.


Avant la projection de son film, Youssef Chebbi, qui était accompagné des acteurs Fatma Oussaifi et Rami Harrabi, ainsi que du producteur Farès Ladjimi, a exprimé son immense joie d'être présent à Marrakech pour participer à ce grand rendez-vous cinématographique incontournable et de voir son film figurer parmi les longs-métrages de la compétition officielle de cette 19ème édition.

Il a également rappelé avoir pris part aux Ateliers de l’Atlas en 2019 et bénéficié de l’encadrement et du soutien de cette plateforme qui en est cette année à sa 5ème édition, soulignant que son long métrage explore, entre autres, des questions d'ordre politique et social ainsi que des sujets relevant de l’imagination.


De son côté, Mme Oussaifi a noté que l'œuvre de ce jeune cinéaste offre l’occasion au public cinéphile de découvrir la Tunisie contemporaine sous un angle différent, avec à la fois beaucoup d’imagination et de créativité.


Né en Tunisie en 1984, Youssef Chebbi a réalisé deux courts métrages, "Vers le nord" en 2010 et "Les Profondeurs" en 2012, qui ont été sélectionnés dans différents festivals internationaux.


En 2012, il a coréalisé le documentaire "Babylon" qui a remporté le prix du juy du FIDMarseille et qui a été présenté au Museum of Modern Art (MoMA) à New York. 



Lu 1878 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >