Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arrivée au port de Casablanca du bateau transportant les modules de l' unité industrielle de fabrication de vaccins de Benslimane


Libé
Lundi 13 Juin 2022

Le bateau chargé des différents modules de l'unité industrielle de fabrication de vaccins anti-Covid-19 et autres vaccins, qui sera réalisée à Benslimane, est arrivé, dimanche au port de Casablanca.

Cette cargaison, en provenance de Shanghai en Chine, va permettre l’assemblage de cette unité biotechnologique, dont S.M le Roi Mohammed VI a présidé le 27 janvier dernier la cérémonie de lancement des travaux de réalisation.

Ce sont 111 éléments pour un poids total de 35.000 tonnes, formant l’intégralité d’une usine clé en main, qui ont accosté au port de Casablanca.

Fabriqués à Shanghai par une firme japonaise, ces équipements modulaires vont être acheminés vers Benslimane pour achever la construction de ce grand projet.

Point focal de la vision de S.M le Roi en matière d’autonomie vaccinale, cette unité industrielle, baptisée "Sensyo Pharmatech", a pour vocation la mise en flacons/seringues de vaccins ou médicaments injectables dans un milieu aseptique.

Marquant un tournant décisif en matière de santé publique et de développement d’un nouveau savoir-faire national, l'usine de Benslimane est l’une des très rares structures du genre sur le continent africain. Dotée de dimensions et d'une capacité de productions très importantes, cette unité industrielle est le fruit d'une collaboration inédite entre plusieurs partenaires locaux.

Afin d’assurer son opérationnalité dans les délais impartis, Sensyo Pharmatech a fait appel à Recipharm, manufacturier mondial dans la biotechnologie et dans l’industrie du remplissage et conditionnement "Fill &Finish".

Il s’agit d’un premier pas pour parvenir à un transfert de savoir-faire dans la manufacture des médicaments et vaccins de demain.

Dans une déclaration à la presse à l'occasion de l'arrivée au port de Casablanca du bateau transportant les modules de l'unité industrielle de fabrication de vaccins de Benslimane, Marc Funk, CEO de Sensyo Pharmatech et Recipharm, a indiqué que l’arrivée de ce navire marque un premier pas "très important" dans la réalisation de ce projet d'envergure.

Il a précisé que "35.000 tonnes d’équipements et de bâtiments vont être assemblés sur le site de Benslimane" pour permettre au Maroc de se doter d’une capacité de manufacture de vaccins et de médicaments en milieu aseptique pour les besoins du Royaume et du continent africain.

Cette usine sera réalisée, conformément à la vision de S.M le Roi visant à renforcer la souveraineté sanitaire du Maroc, a ajouté M. Funk, soulignant la mobilisation des différentes parties, à savoir les ingénieurs, les entreprises de travaux en bâtiments pour la préparation du site, les experts en manufacture pharmaceutique, les entités gouvernementales et les actionnaires qui ont fourni des efforts exceptionnels pour concrétiser ce projet.

Se félicitant de la rapidité d’acheminement des modules de l’unité industrielle de fabrication de vaccins vers le Royaume, malgré un contexte international complexe, il a affirmé que "notre objectif est de mettre en place cette usine le plus rapidement possible et de respecter les délais".

Le projet de Benslimane consiste en la mise en place d’une usine de fabrication et de mise en seringue de vaccins (anti-Covid et autres vaccins), disposant de 3 lignes industrielles dont la capacité combinée de production atteindra 116 millions d’unités en 2024. Ces lignes seront dédiées à la production de seringues pré-remplies, de flacons de liquides et de flacons lyophilisés.

Cette unité industrielle s’inscrit dans le cadre de la vision de S.M le Roi destinée à positionner le Royaume en tant que hub biotechnologique incontournable en Afrique et dans le monde, capable d’assurer les besoins sanitaires du continent à court et à long terme, en y intégrant la recherche pharmaceutique, le développement clinique, la fabrication et la commercialisation de produits biopharmaceutiques de grande nécessité. Elle doit mobiliser à terme un investissement d’environ 400 à 500 millions d’euros.

Ce projet permettra d’assurer l’autosuffisance du Royaume en matière de vaccins et de faire du pays une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et du monde dans le domaine de l’industrie du "Fill & Finish".


Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p