Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel de l'ONU en faveur de la justice et de la réconciliation en Irak


Amnesty International dénonce des crimes commis à Mossoul



Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a lancé un appel mardi en faveur de la "justice" et de la "réconciliation", après la reprise de Mossoul par les forces gouvernementales irakiennes.
Dans un communiqué publié à Genève, M. Zeid a indiqué que l'Irak "doit maintenant relever toute une série de défis en matière de droits de l'Homme qui, s'ils ne sont pas relevés, pourraient déboucher sur d'autres violences et souffrances pour les civils".
"Les femmes, enfants et hommes de Mossoul ont vécu l'enfer sur Terre et enduré des actes de perversion et de cruauté indicibles", a ajouté M. Zeid. "Daesh a forcé des dizaines de milliers d'habitants de la ville et des environs à quitter leur maison et les a utilisés comme boucliers humains, ce qui constitue un crime de guerre", a-t-il continué.
"Les combattants de Daesh peuvent continuer à tuer et à terroriser par des attentats à la bombe et des enlèvements", a-t-il averti.
Et d'indiquer que "selon les informations recueillies par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme", Daesh "pourrait s'être rendu coupable de crimes internationaux tout au long des trois années pendant lesquelles il contrôlait non seulement Mossoul, mais aussi une grande partie du territoire irakien".
Le Haut-Commissaire cite notamment l'enlèvement de 1.636 femmes et filles, ainsi que de 1.733 hommes et garçons, tous de la communauté yézidie, dont on reste à ce jour sans nouvelles.
Dès que la situation sur le terrain le permettra, le gouvernement irakien devra restaurer l'Etat de droit et "garantir que les droits de l'Homme et les besoins fondamentaux des civils vivant dans les zones reprises à Daesh soient respectés", a encore indiqué M. Zeid.
Par ailleurs, Amnesty International a indiqué mardi que certaines opérations menées par l'armée irakienne et par la coalition sous commandement américain contre les combattants de l'Etat islamique à Mossoul se sont traduites par des violations du droit humanitaire et s'apparentent à des crimes de guerre. 
L'ONG ajoute que les djihadistes de l'EI se sont rendus coupables des mêmes types de violations, notamment en utilisant des civils comme boucliers humains afin de ralentir l'offensive des troupes gouvernementales.
Le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi a proclamé lundi soir la reprise de Mossoul, ville dans laquelle le leader de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi, avait proclamé un califat réunissant des régions d'Irak et de Syrie.
Une coalition d'environ 100.000 hommes, réunissant des soldats irakiens, des combattants kurdes et des miliciens chiites, a participé depuis le mois d'octobre à une attaque de grande envergure contre la principale agglomération du nord de l'Irak.
Selon Amnesty International, ces forces armées ont mené depuis le mois de janvier plusieurs attaques condamnables contre la partie occidentale de l'agglomération, utilisant des munitions artisanales confectionnées à partir de bonbonnes de gaz.
Ces armes non-conventionnelles sont capables de provoquer d'importants dégâts dans des zones densément peuplées en raison de leur manque important de précision.
"Même dans le cas d'attaques qui semblaient avoir atteint les cibles militaires visées, l'usage d'armes inappropriées ou l'incapacité à prendre les mesures nécessaires de précaution se sont traduites par des pertes inutiles de vies civiles et dans certains cas ont constitué des attaques disproportionnées", affirme Amnesty.
L'ONG précise que les djihadistes se sont, eux, rendus coupables de rafles de villageois et d'habitants qu'ils ont transférés dans les zones de combat dans la partie ouest de Mossoul.
A mesure que les combats s'approchaient, les civils étaient enfermés dans des maisons et privés d'accès à la nourriture ou à l'assistance médicale.

Libé
Mercredi 12 Juillet 2017

Lu 558 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés