Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel à une réflexion collective pour relever les défis post-Covid-19

Omar Hilale lors des travaux du Sommet des non-alignés à Bakou


Libé
Dimanche 5 Mars 2023

Appel à une réflexion collective pour relever les défis post-Covid-19
L'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a appelé, jeudi à Bakou, à stimuler la réflexion collective au sein du Mouvement des non-alignés (MNA) afin de répondre aux défis urgents post-Covid-19, et de les ériger en une opportunité pour jeter les bases d'un nouvel ordre mondial plus juste et plus équitable.

Dans son allocution lors du sommet du MNA qui se tient en Azerbaïdjan, le diplomate a relevé que "la phase post-Covid-19 se caractérise par de nombreux défis urgents liés aux questions de la santé, l'énergie, l'alimentation et des disparités entre les pays et au sein des sociétés dans le contexte de la relance de l'économie mondiale après une crise qui a duré plus de deux ans".

"Il est devenu impératif pour nous, en tant que plus grand rassemblement d'Etats après les Nations unies, de stimuler la réflexion collective au sein de notre mouvement afin de relever ces défis et les ériger en opportunité pour jeter les bases d'un nouvel ordre mondial plus juste et plus équitable", a-t-il affirmé, notant que cet ordre mondial doit reposer sur une approche pragmatique et réaliste basée sur des résultats qui placent les besoins de la population mondiale au centre des préoccupations, loin des conflits idéologiques stériles.
De l’avis de M. Hilale, la pandémie de  Covid-19 a mis à nu la fragilité du système multilatéral et sa faible efficacité face à ce défi sans précédent en termes d’impact et de conséquences mondiales.

Alors que cette crise supposait l'intensification de la coopération internationale constructive, de la synergie et de la solidarité, les pays ont choisi une approche fermée et ont privilégié leur intérêt national, ce qui a contribué à accroître la fragilité de l'action internationale conjointe et à affaiblir le rôle des organisations internationales, a-t-il fait remarquer.

Et de souligner que plus de trois ans après le début de la pandémie de Covid-19, la communauté internationale fait face à un moment décisif qui appelle l'humanité à donner le meilleur pour répondre aux défis profonds et aux transformations successives relatives aux questions de sécurité alimentaire et énergétique, au changement climatique et à la perturbation des chaînes d'approvisionnement.

Le diplomate a rappelé, dans ce sens, que SM le Roi Mohammed VI a mis ces défis en avant dans le discours adressé à la 26ème session de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Edimbourg.

Dans ce discours, Sa Majesté le Roi a indiqué que "dans la suite logique des rapports successifs sur le climat, une évidence s’impose désormais à tous : les scénarios les plus sombres brossent la réalité amère d’une humanité appelée à choisir entre la tentation périlleuse de s’abandonner à un laisser-aller autodestructeur et la volonté sincère et déterminée d’engager sans délai des dispositions pratiques et propres à induire un véritable changement du paradigme actuel qui s’est révélé inefficace", a relevé M. Hilale.

Le continent africain est le plus affecté par les répercussions de la situation économique difficile liée à la crise géopolitique que connaît le monde, a constaté le diplomate, soulevant que l’Afrique subit le plus grand fardeau en raison des prix élevés des denrées alimentaires et de l'énergie, d’où la nécessité de stimuler la recherche de solutions pratiques par le biais d’initiatives de développement intégré capables d'améliorer la capacité du continent à résister aux chocs économiques actuels et futurs.

A l’heure où certains voyaient dans cette crise une opportunité de reconstruire le système multilatéral sur de nouvelles bases, les évolutions géopolitiques ont modifié la scène internationale en raison de leur interconnexion avec des enjeux stratégiques et vitaux des populations mondiales, à savoir la santé, l'énergie, l'alimentation et la sécurité économique, a poursuivi M. Hilale.

Le Maroc considère que cette étape critique interpelle le Mouvement des non-alignés sur son rôle et sa capacité à formuler de nouvelles approches qui en feraient une plate-forme d'action capable de relever les défis actuels et futurs, à la faveur de mécanismes qui profitent à tout un chacun, en particulier aux groupes vulnérables, a souligné le diplomate.

M. Hilale a qualifié la tenue du premier sommet du Groupe de contact sur la Covid-19 d’acquis tangible pour le Mouvement des non-alignés, lequel démontre la capacité du MNA à s'adapter à l'émergence de nouveaux défis au début de ce siècle.

A cette occasion, le diplomate a exprimé ses remerciements et sa gratitude à la République d'Azerbaïdjan pour cette initiative, qui a abouti à des résultats concrets dans le suivi des besoins des pays du mouvement en matière de vaccins, de médicaments et d'autres fournitures médicales de base.

"La convocation de cette réunion constitue une opportunité pour formuler des approches horizontales capables de produire des solutions réalistes et pragmatiques aux crises de sécurité dans son concept global et d’élaborer une vision capable d'apporter les réponses nécessaires aux sérieux défis auxquels le monde fait face’’, a-t-il dit.
Les travaux du Sommet du Groupe de contact du MNA se sont ouverts jeudi avec la participation du Maroc.

La délégation marocaine, conduite par M. Hilale, comprend notamment, l'ambassadeur du Maroc en Azerbaïdjan, Adil Embarch, le directeur des Nations unies et organisations internationales au ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Radouane El Husseini, et le secrétaire général du ministère de la Santé et de la protection sociale, Abdelkrim Meziane Belfkih.

L'Azerbaïdjan assure la présidence tournante du MNA, une coalition composée de 120 pays et considérée comme le deuxième plus grand rassemblement d'Etats après les Nations unies.

Le Maroc figure parmi les fondateurs de cet organe, dont l’objectif est de défendre une nouvelle perspective dans les relations internationales fondée sur le renforcement de la solidarité, la synergie entre les États membres et l'intensification de leur coopération.

Bakou. Abdellah Alaoui (MAP)


Lu 880 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p