Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel à l’ouverture d’ une enquête sur le recours à la torture systématique par le Polisario


Appel à l’ouverture d’ une enquête sur le recours à la torture systématique par le Polisario
Le Forum sahraoui contre la torture et la discrimination raciale a appelé à l'ouverture immédiate d'une enquête sur les rapports soumis par des institutions  et des individus en raison de la torture systématique, des agressions et des violations dont sont victimes les habitants  des camps dans les geôles du Polisario, qui n'excluent même pas les enfants. C’est ce qu’a comporté une déclaration publiée par le Forum, en marge de la Journée internationale contre la torture et de soutien aux victimes de la torture, qui a été adoptée par les Nations unies le 26 juin de chaque année comme une tradition annuelle.

Le Forum a déclaré : «Cette journée nous rappelle que la torture est un crime contre l'humanité et offre aux militants des droits de l'Homme l'occasion de s'unir contre cette pratique cruelle et ce crime odieux contre l'humanité. C’est également l’occasion de condamner la pratique de la torture et de soutenir toutes les victimes de torture en général, notamment des enfants mineurs que les militants des droits humains considèrent comme une forme de torture», a ajouté le porte-parole du forum.

Le Forum a indiqué que les organisations de défense des droits de l'Homme engagées   dans le domaine de la lutte contre la torture avaient déjà ratifié la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Convention qui a été adoptée par le Haut-Commissaire des Nations unies le 10 décembre 1984, et  qui est entrée en vigueur le 26 décembre 1987. Ces organisations  ont  également ratifié par la suite le Protocole facultatif avenant de  la Convention contre la torture, le 1er novembre 2012.

La même source a ajouté que cette ratification s'inscrit dans le cadre de la compatibilité de la structure législative avec les principes universels de protection des droits de l'Homme et d'harmonie avec la dynamique de criminalisation de la torture, qui vise à garantir les droits fondamentaux tels que le droit à la vie et le droit à l'intégrité physique et d'assurer la cohérence entre le document constitutionnel et la pratique juridique de l'Etat.

Ahmadou El-Katab

Arancha Gonzalez abandonnée par ses collègues

Après que ses collègues du gouvernement espagnol, notamment la ministre de la Défense, l’ont pointée du doigt, l’étau se resserre autour d’Arancha Gonzalez du fait de sa  gestion de l’accueil de Brahim Ghali, alors que la justice s’intéresse avec insistance à  l'affaire et que la presse espagnole de droite accentue la pression sur la ministre des Affaires étrangères à propos des  circonstances d’entrée de Brahim Ghali en Espagne, apportant de nouvelles révélations attestant de sa responsabilité directe dans les privilèges accordés au chef du Polisario le 18 avril à la base de Saragosse.

Ainsi, le média d'extrême-droite Vozpopuli, proche de Vox, indique dans son numéro du samedi 3 juillet qu’Arancha Gonzalez a entouré l’arrivée de Ghali en Espagne de mystère. Seuls quelques privilégiés en étaient au parfum.

La publication indique que même la n°2 du ministère des Affaires étrangères, la secrétaire d’Etat Christina Gallach, qui avait convoqué l’ambassadrice du Maroc suite aux déclarations de Saad Dine El Otmani sur la marocanité de Sebta et Mellilia, n’était pas au courant de l’accueil de Ghali. 

L’ambassadeur espagnol à Alger, Fernando Morán, ainsi que la directrice générale de la division Maghreb, Eva Martinez, ont été également maintenus à l'écart, explique la même source.
Interrogé sur ces «précautions» prises par Arancha Gonzalez, l'Office d'information diplomatique (OID), relevant de ses prérogatives, a éludé une question de Vozpopuli sur ce sujet. «Nous pouvons vous dire que toutes les personnes qui avaient besoin de savoir avaient été informées », a répondu l’OID.

Pour sa part, le journal « El Español  », proche de la droite, a accusé la cheffe de la diplomatie d'avoir «violé le code Schengen de l'Union européenne et ses propres règles pour laisser entrer Ghali en Espagne», précisant que «les diplomates sont dispensés du contrôle douanier de leurs bagages, mais ne peuvent en aucun cas se soustraire au contrôle des passeports».
Cette offensive coordonnée intervient en réponse aux déclarations de la ministre des Affaires étrangères sur cette affaire.
En effet, dans une interview accordée, jeudi soir à la Radio nationale d’Espagne, Arancha Gonzalez a affirmé que l’opération d’accueil de Brahim Ghali a respecté à la «lettre» les normes établies. Les passagers d’avions officiels, comme c’est le cas pour celui ayant transporté Ghali «doivent s'identifier avant d'entrer et cela doit être notifié aux autorités diplomatiques compétentes afin que les procédures pertinentes soient facilitées à leur arrivée dans notre pays», a-t-elle soutenu.

Une sortie qui n’a pas convaincu la classe politique et la justice. Vendredi 2 juillet, l’avocat Antonio Urdiales a demandé au juge d’instruction Rafael Lasala d'exiger des explications du ministère des Affaires étrangères sur les ordres donnés au ministère de la Défense pour que le chef du Polisario soit dispensé du protocole traditionnel de contrôle de son passeport à la base de Saragosse.

Cette affaire fragilise davantage Arancha Gonzalez. Sa gestion de l’entrée de Brahim Ghali n’a pas eu l’adhésion des autres membres du gouvernement, notamment les ministres régaliens du PSOE.

 Si au début de la crise, la presse ibérique avait fait état de l’opposition du ministre de l’Intérieur à l’accueil du chef du Polisario, c’est au tour désormais de sa collègue à la Défense de prendre ses distances. Margarita Robles a affirmé, hier, que son département «n'a aucun type de compétence» dans la réception d'un «avion d'Etat», renvoyant ainsi la balle dans le camp d’Arancha Gonzalez.

Margarita Robles vient ainsi appuyer les réponses du général Cañabate, commandant de la base de Saragosse, aux questions du juge Lasala.

Le militaire avait affirmé, la semaine dernière, que sur ordre du ministère des Affaires étrangères reçus par l’état-major de l’armée de l’air, le personnel de l’avion de la présidence algérienne avec à son bord Brahim Ghali «n’a pas subi le traditionnel contrôle des passagers à la frontière».

Le général a indiqué que le département d’Arancha Gonzalez n’a pas facilité aux militaires l’accès à l’identité du chef du Polisario et de son compagnon.

Dans la situation actuelle, tout le monde se ligue contre Arancha Gonzalez : les médias, l'opposition de droite et la justice, ignorant la responsabilité du chef de l'exécutif, Pedro Sanchez. Bien que  répondant aux incursions de Pablo Iglesias sur les dossiers du Sahara, de la Bolivie et du Venezuela, Arancha Gonzalez a affirmé et  répété que la politique étrangère du gouvernement espagnol est définie par le président et la ministre des Affaires étrangères.

A.E.K

Libé
Lundi 5 Juillet 2021

Lu 452 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS