Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Antonio Guterres : L'Algérie est une partie concernée par le différend sur le Sahara marocain

Publication officielle du rapport du rapport du SG de l'ONU


Libé
Dimanche 15 Octobre 2023

L'ONU vient de publier officiellement sur son site internet le rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain. Dans son rapport, le Secrétaire général de l’organisation internationale, Antonio Guterres, a mentionné l’Algérie 20 fois, confirmant et consacrant qu’il s’agit bel et bien d’une partie principale à ce différend régional.

Dans ce cadre, M. Guterres a rappelé la participation de l’Algérie, au même titre que les autres parties prenantes, aux consultations bilatérales informelles organisées par l’Envoyé personnel pour le Sahara marocain, Staffan de Mistura, tenues à New York le 30 mars 2023. Le SG de l’ONU a passé en revue les différentes visites de M. de Mistura à Alger et ses rencontres avec les ministres des Affaires étrangères et hauts responsables algériens, en tant que partie au différend sur le Sahara marocain. Ce qui est d’ailleurs confirmé par les résolutions du Conseil de sécurité, dont la résolution 2654 qui cite l’Algérie autant de fois que le Maroc.

Le Secrétaire général des Nations Unies a invité l’Algérie en tant que “partie concernée” à développer et clarifier sa position, afin d’avancer vers une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à ce différend, conformément à la résolution 2654 du Conseil de sécurité.

Il l’a également enjoint, en tant que partie concernée, à s’engager de bonne foi et avec la volonté politique nécessaire, avec l’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara marocain afin de parvenir à une solution politique, réaliste pragmatique, durable et de compromis sur la base des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2018. M. Guterres a dévoilé, en outre, les contradictions flagrantes de l’Algérie qui tente de se cacher derrière un pseudo statut d’“Etat observateur”, et en même temps elle confirme à l’Envoyé personnel “qu’elle est très préoccupée par l’absence d’une solution”. Une préoccupation qui en dit long sur son implication incontestable et directe dans ce différend artificiel depuis qu’elle l’a créé.

Le Secrétaire général de l’ONU a, par ailleurs, pointé du doigt l’Algérie qui “continue à s'opposer au format de table ronde”, en violation criante des résolutions du Conseil de sécurité y compris la 2654, qui confirment que les tables rondes sont le seul cadre du processus politique exclusivement onusien. En outre, le haut responsable onusien déclare explicitement que la détérioration des relations entre l'Algérie et le Maroc est préoccupante et continue d'affecter la situation au Sahara et la recherche de la solution à ce différend régional, relevant que le rôle de l’Algérie est crucial pour résoudre ce différend régional.

Dans une nouvelle démonstration de la responsabilité première de l’Algérie dans le maintien de ce différend, M. Guterres a indiqué que les efforts de son Envoyé personnel pour le Sahara marocain se sont poursuivis dans un contexte de tensions régionales, ajoutant que M. de Mistura a pris note de la profonde inquiétude qu'il a entendue dans plusieurs capitales concernant les relations entre l'Algérie et le Maroc, tout en notant les assurances des responsables à Alger et Rabat qu'aucune escalade supplémentaire n'était recherchée.

​Guterres apporte un démenti cinglant à la prétendue guerre au Sahara marocain

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a démenti, dans son nouveau rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, les milliers de communiqués de l’Algérie et du "polisario" sur une guerre imaginaire au Sahara marocain. Dans ce rapport, M. Guterres a décrit la situation au Sahara marocain comme étant marquée par des “tensions et hostilités de faible intensité”, ce qui met à nu la propagande mensongère de l’Algérie et du “polisario” sur une prétendue guerre au Sahara marocain.

Dans ce cadre, le Secrétaire général de l’ONU a fustigé les restrictions et obstructions du “polisario” à la supervision du cessez-le-feu par la MINURSO, notamment, pour vérifier la véracité de la soi-disant guerre rapportée fallacieusement par le “polisario” à la Mission onusienne et relayée par l’Algérie.

L’objectif étant de dissimuler le fait que la prétendue guerre qu’ils tentent de véhiculer depuis trois ans n’est qu’une chimère et pure fabrication, dont le principal but est de vendre des mirages aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf et de détourner l’attention sur les échecs de ce groupe armé lié au terrorisme et de l’agenda séparatiste qu’il met en œuvre, pour le compte de son parrain algérien.


Lu 702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p