Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ankara renverra les jihadistes étrangers même déchus de leur nationalité


Ankara renverra les jihadistes étrangers même déchus de leur nationalité
La Turquie a affirmé lundi qu'elle renverrait les membres du groupe Etat islamique (EI) actuellement détenus dans ses prisons dans leurs pays d'origine, même si ces derniers leur retiraient leur nationalité.
"Nous renverrons les membres de l'EI dans leurs pays, que ces derniers leur retirent leur nationalité ou pas", a déclaré le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu, lors d'une allocution à Ankara.
Le ministre, qui avait déclaré samedi que la Turquie n'était "pas un hôtel pour jihadistes", s'en est pris aux pays qui déchoient de leur nationalité leurs ressortissants ayant rejoint l'EI, une mesure destinée à rendre impossible leur retour.
"Ils ont mis en place une nouvelle méthode. Ils disent: +Retirons-leur la nationalité (...) Qu'ils soient jugés là où ils se trouvent+. J'imagine que cela doit être une nouvelle règle du droit international", a déclaré M. Soylu sur le ton de l'ironie, qualifiant ce procédé d'"inacceptable".
Le ministre turc a indiqué que près de 1.200 "combattants étrangers" de l'EI, dont vraisemblablement des Occidentaux, étaient actuellement détenus par la Turquie.
Selon lui, les forces turques ont par ailleurs mis la main sur 287 membres ou proches de membres de l'EI dans le cadre de l'offensive lancée le mois dernier par Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie.
Il n'est pas clair comment la Turquie pourrait s'y prendre pour renvoyer une personne dans un pays dont elle n'aurait techniquement plus la nationalité.
Ankara appelle régulièrement les pays européens à reprendre leurs ressortissants qui ont intégré les rangs de l'EI en Syrie, mais ceux-ci sont peu enclins à les récupérer, notamment pour des raisons sécuritaires et d'impopularité d'une telle mesure.
Plusieurs textes, comme la Convention de New York de 1961, interdisent aux pays signataires de rendre une personne apatride, c'est-à-dire sans nationalité.
Mais certains pays, comme la Grande-Bretagne et la France, ont néanmoins déchu de leur nationalité plusieurs de leurs ressortissants binationaux.
En août, Londres a ainsi retiré son passeport à Jack Letts, surnommé "Jihadi Jack", qui avait jusque-là la double nationalité britanno-canadienne. Et fin octobre, Paris a retiré la nationalité française à un Franco-marocain, Fayçal Aït Messoud, qui avait tenté de rejoindre la Syrie.

Mardi 5 Novembre 2019

Lu 848 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 19 Septembre 2021 - 23:00 France/Australie : “Crise des missiles ”

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS