Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel




A l’occasion de la sortie du deuxième volet de «Maléfique», le magazine «Madame Figaro» a publié une interview d’Angelina Jolie, qui interprète la méchante sorcière de «La Belle au bois dormant». L’actrice de 44 ans est revenue sur sa performance dans ce long-métrage signé Joachim Rønning. Mais pas que. Elle a également parlé de sa vie professionnelle, de son combat en tant qu’ambassadrice pour les Nations unies et aussi de sa vie personnelle.
 «J’appréhende ma vie comme un chemin. Je suis toujours en quête de liberté, et si je peux parfois paraître audacieuse, c’est parce que je ne choisis pas vraiment la prudence ou la mesure», exprime-t-elle. Elle possède une maison «au fin fond de la jungle» et celle-ci lui a visiblement permis d’être plus courageuse. «Je travaille à l’ONU, je collabore avec des militaires, je me pousse à vivre des expériences que j’estime nécessaires à ma construction d’être humain. Je me force à faire tous les jours des choses qui m’intimident et qui parfois me font peur. Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel : je recherche l’épreuve du réel», poursuit la mère de six enfants.
Puis, Angelina est revenue sur son divorce en 2016 avec Brad Pitt, avec qui elle a eu trois enfants biologiques et trois enfants adoptifs : «C’était un moment compliqué, où je ne me reconnaissais plus, où j’étais devenue... comment dire... plus petite, comme insignifiante, même si cela ne se voyait pas forcément. J’ai ressenti une profonde et véritable tristesse, j’étais blessée». Bien que quatre années soit passées depuis la séparation, la relation avec l’acteur de 55 ans semble toujours très tendue. «Les circonstances de ma séparation font que j’ai dû me réinstaller à Los Angeles, car Brad veut continuer d’y vivre. L’Europe, la France, Paris, c’est une tout autre vie, ce n’est pas mon quotidien, hélas...», déplore-t-elle, avant de poursuivre : «Je préférerais voyager plus souvent, mais ce n’est pas compatible aujourd’hui avec le travail de Brad. Je coopère.».
Dans l'interview, Angelina Jolie n'a cessé de rappeler qu'elle était une mère avant tout.

Samedi 12 Octobre 2019

Lu 2702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com