Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Al Boraq sur la bonne voie

Le train à grande vitesse file vers les trois millions de voyageurs transportés




Le train à grande vitesse « Al Boraq » est sur les bons rails. Après une année d’exploitation, la nouvelle offre ferroviaire de l’Office national des chemins de fer (ONCF) a vraiment transformé le paysage des transports au Maroc.
Mercredi 20 novembre, c’est donc en toute confiance que les responsables des chemins de fer marocains l’ont relevé lors d’une rencontre tenue à Rabat et au cours de laquelle ils ont qualifié la première année d’exploitation d’Al Boraq de « franc succès » marquée par des performances et des retombées positives.
Entre janvier et octobre 2019, le train à grande vitesse a transporté quelque 2,5 millions de voyageurs, un chiffre qui devrait dépasser les 3 millions à fin décembre 2019, selon les prévisions de l’ONCF.
Soulignons qu’au cours de cette période, les voyageurs qui ont fait confiance à Al Boraq ont été transportés par 7000 trains au total avec une moyenne journalière de 8250 voyageurs.
Pour Mohamed Rabie Khle, directeur général de l’ONCF, le succès de la première année d’exploitation s’explique par la réduction plus que significative du temps du parcours que permet le train à grande vitesse, l’amélioration continue de ses fréquences qui ont atteint 28 allers et retours/jour et une ponctualité avoisinant les 97%.
Pour expliquer ce succès, il a également mis en avant la flexibilité de la tarification et l’accessibilité de l’offre à tous, l’amélioration du confort ainsi que les nombreux services que les voyageurs ont pu apprécier en gares et à bord du TGV, entre autres.
Si l’ONCF peut se targuer d’enregistrer un taux de satisfaction client de 92%, l’Office a également assuré qu’« il continue à diversifier son offre pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients à travers des formules d’abonnement finement élaborées ».
Concernant la viabilité d’Al Boraq, les responsables de l’ONCF affirment que le train à grande vitesse a enregistré des performances très satisfaisantes, suite à « un financement optimisé, une frugalité de l’investissement, un pricing optimisé en adéquation avec le pouvoir d’achat, et des coûts d’exploitation compétitifs ».
Ainsi, Al Boraq a  pu dégager une marge opérationnelle dès sa première année qui s’est inscrite dans la fourchette haute des benchmarks internationaux. Ce qui a permis de «couvrir l’ensemble des charges d’exploitation», a relevé l’ONCF.
En plus d’étendre ses effets novateurs aux autres composantes de l’offre ferroviaire, l’ONCF a fait savoir que les trains de proximité (TNR) et de grandes lignes « Al Atlas » n’ont pas manqué de croître au rythme d’Al Boraq en enregistrant des performances tout aussi satisfaisantes.
En outre, « Al Boraq a eu des effets d’entraînement multidimensionnels indéniables en tant que catalyseur de la dynamique socioéconomique et symbole d’une nouvelle ère de la mobilité », a-t-il souligné relevant que « outre son impact positif sur le marketing territorial, ses effets couvrent différents registres tels que l’urbanisme, le foncier et l’immobilier, sans oublier l’attractivité économique et touristique des villes concernées ».
A noter qu’à l’occasion du premier anniversaire d’Al Boraq, l’ONCF a lancé une campagne de communication multimédias à 360° axée sur des actions RSE orientées essentiellement vers les enfants et les étudiants ainsi que des animations en gares et des actions promotionnelles pour le grand public.
Pour rappel, le projet de construction d’une ligne à grande vitesse s’inscrit dans le cadre de la politique des grands chantiers initiée et conduite par S.M le Roi Mohammed VI.
Ainsi que l’a rappelé l’ONCF sur son site Internet, ce projet constitue la première étape de la mise en œuvre d’un schéma directeur des lignes à grande vitesse visant la construction progressive d’un réseau d’environ 1500 km, composé de l’axe «Atlantique» Tanger-Casablanca-Agadir et de l’axe «Maghrébin» Casablanca-Rabat-Fès-Oujda.



 

L'équipementier français Sealynx inaugure à Tanger une nouvelle unité de production

La société française Sealynx automotive Morocco, filiale de Sealynx international (Groupe GMD) a inauguré, mercredi à Tanger, une nouvelle unité de production spécialisée dans la fabrication des joints d'étanchéité automobile, pour un investissement total de 22 millions d'euros.
La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, du président du conseil de surveillance de l’Agence spéciale Tanger-Méditerranée, Fouad Brini et du président directeur général du groupe GMD, Alain Martineau.
Etalée sur une superficie de 12.600 m2, cette nouvelle usine, qui emploiera quelque 200 personnes, vise à répondre au besoin croissant des constructeurs automobiles implantés localement, notamment Renault et PSA, qui sont deux clients majeurs du groupe GMD, rapporte la MAP.
S'exprimant à cette occasion, M. Elalamy a indiqué qu'avec cette nouvelle usine, Sealynx vient répondre à la forte demande de l’écosystème automobile marocain dont les performances ne sont plus à démontrer.
A travers l’extension de son activité et l’implantation d’une nouvelle unité à Tanger, le spécialiste des systèmes d’étanchéité de renommée internationale, confirme son choix pour la destination Maroc, a mis en avant le ministre.
"Le secteur de l'automobile a monté en gain et pour que la plateforme Maroc continue à être compétitive, nous sommes conscients que les constructeurs automobiles et des pièces ont besoin d'un taux d'intégration local important", a-t-il fait savoir. Les efforts nécessaires sont déployés pour accompagner les investisseurs de façon à avoir une flexibilité en matières premières et des produits finis à portée de main, a relevé M. Elalamy.
De son côté, M. Martineau a mis en avant l'importance de cette cinquième unité, qui confirme le rôle pionnier du groupe en étant le premier fournisseur de joints automobiles à réaliser au Maroc la technologie d’extrusion de profils en EPDM. Sealynx automotive Morocco bénéficie des toutes dernières technologies mises au point par le pôle étanchéité Sealynx international avec l’expertise et la technicité des équipes de Tanger, a-t-il dit.
Le Maroc est une terre de développement avec des personnes qualifiées et prêtes à travailler, s'est-il réjoui, ajoutant que grâce à cet investissement clé, Sealynx automotive Morocco renforce sa position de leader pour le marché local.
Au-delà de la production, Sealynx international a également pour objectif, dès l’année 2020, de développer progressivement un centre de développement de produits nouveaux destinés au marché local.

 

Alain Bouithy
Jeudi 21 Novembre 2019

Lu 814 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.