Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Adam” et “Le Miracle du Saint Inconnu” au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles




Le 7ème art marocain sera représenté par les films "Adam" de Maryam Touzani et "Le Miracle du Saint inconnu" d’Alaa Eddine Aljem lors de la 19ème édition du Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles qui se tiendra du 29 novembre au 7 décembre prochains, ont annoncé mercredi les organisateurs.
Le long métrage "Adam", première oeuvre cinématographique de la réalisatrice marocaine Maryam Touzani, sera présenté dans le cadre de la compétition officielle du festival, dont le jury sera présidé par le comédien français Gérard Darmon.
S'exprimant lors d'une conférence de presse, Julie François de l’Association "Cinémamed", qui organise ce festival en partenariat avec la Commission communautaire française, a expliqué qu’"Adam" va concourir pour les différents prix du festival aux côtés de sept autres productions cinématographiques issues de pays du pourtour méditerranéen. Ces films relatent des récits forts et poignants qui questionnent notre société, avec comme thématique centrale "la quête des libertés", a-t-elle ajouté.
Primé dans plusieurs festivals internationaux et présenté dans la section "Un Certain Regard" lors de la dernière édition du Festival de Cannes, "Adam" met en vedette Loubna Azabal et Nisrin Erradi.
Choisi par le Maroc pour concourir à la présélection des Oscars, dans la catégorie "meilleur film étranger", ce long métrage braque les projecteurs sur le combat des femmes célibataires.
Le premier long métrage du réalisateur marocain Alaa Eddine Aljem, "Le Miracle du Saint Inconnu", sera, quant à lui, projeté dans la section Panorama du festival qui permettra au public de découvrir des films faisant la part belle à la culture et la vie méditerranéennes.
Présenté à la Semaine de la critique lors de la dernière édition du Festival de Cannes, ce film met à l'affiche Younes Bouab, Anas El Baz ou encore Hassan Badida. Il raconte l’histoire d’Amine, un jeune voleur qui s’enfuit avec une importante somme d’argent. Poursuivi par les gendarmes jusqu’au fin fond des collines désertiques, il enterre son butin et déguise l’endroit en une modeste tombe. A sa sortie de prison dix ans plus tard, le voleur cherche à récupérer son butin. Entre-temps, un mausolée y a été érigé en l’honneur du "Saint Inconnu".
Outre le 7ème art, la culture marocaine sera également présente lors de ce festival à travers un concert de la chanteuse Laila Amezian qui revisite le répertoire populaire du nord du Maroc en proposant des arrangements jazz audacieux, ainsi qu'un atelier de cuisine qui permettra au public de découvrir plusieurs spécialités de la gastronomie marocaine.
Au menu du festival figurent aussi un marché d’artisanat et de saveurs méditerranéennes, ainsi que des ateliers de calligraphie et de thé. La 18ème édition du Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles avait mis à l'honneur le Maroc à travers une large sélection d’œuvres cinématographiques alliant fictions et documentaires, ayant permis aux cinéphiles d'explorer les différentes facettes du cinéma marocain fort de sa diversité et de son ouverture sur le monde.

 

Vendredi 8 Novembre 2019

Lu 253 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.