Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accusé d'abus sexuels, R. Kelly libérable sous caution




Accusé d'abus sexuels, R. Kelly libérable sous caution
La caution du chanteur américain de R&B R. Kelly, placé en détention vendredi après une nouvelle vague d'accusations d'abus sexuels sur mineures, a été fixée à un million de dollars samedi par un juge de Chicago. Robert Sylvester Kelly, 52 ans, s'est présenté à la police de sa ville vendredi soir après qu'un mandat d'arrêt à son encontre a été émis pour 10 chefs d'abus sexuels sur quatre personnes, dont trois mineures, entre 1998 et 2010. Le juge a fixé sa caution à 250.000 dollars par victime, soit un million de dollars en tout.
Selon le système américain, il devra en pratique débourser 10% de cette somme, soit 100.000 dollars. Il lui a été interdit tout contact avec quiconque de moins de 18 ans, ainsi qu'avec les victimes ou témoins de l'affaire. Il doit remettre également son passeport. La procureure Kimberly Foxx a ensuite décrit une partie des abus présumés sur les victimes, seulement identifiées par leurs initiales: HW, RL, LC et JP. 
En 1998, selon elle, le chanteur a repéré une fille fêtant ses 16 ans dans un restaurant, et l'a invitée à son studio. Il a eu des rapports sexuels avec elle et lui a donné une enveloppe d'argent à la fin. Cela s'est répété environ une fois par mois pendant un an. Une autre victime avait été filmée dans des rapports sexuels alors qu'elle avait 14 ans, dans ce qui est, selon un témoin, la maison du chanteur. "Dans la vidéo, la victime répète plusieurs fois qu'elle a14 ans", a indiqué Kimberly Foxx.
Une autre victime, JP, avait assisté au procès de R. Kelly en 2008, obtenant son autographe à l'époque. Il l'avait ensuite invitée chez lui, et les deux ont eu des relations sexuelles plusieurs fois en 2009 et 2010. Elle aussi a conservé un vêtement ayant des traces de sperme, qu'elle a confié à la police. Pour l'avocat de R. Kelly, Steve Greenberg, rien ne prouve à ce stade que les rapports sexuels n'étaient pas consentis. "Il n'a forcé personne à des relations sexuelles. C'est une rock star. Il n'a pas besoin de recourir à des relations non consenties", a argué Steve Greenberg. Selon lui, malgré sa renommée et sa carrière, "il n'a plus vraiment d'argent", mais il s'attendait à ce que la caution soit déposée durant le week-end".

Libé
Lundi 25 Février 2019

Lu 583 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com