Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord pour la tenue d'élections le 10 décembre en Libye

Macron tente d'avancer vers une sortie de crise




Les factions libyennes se sont accordées mardi pour tenir des élections parlementaire et présidentielle le 10 décembre, a annoncé un conseiller du Premier ministre Fayez Seraj.
Taher al Sonni a ajouté sur Twitter qu'un accord avait également été trouvé pour finaliser une base constitutionnelle pour les élections d'ici le 16 septembre.
Ces accords ont été trouvés à l'occasion de la conférence internationale sur la Libye organisée par la France sous les auspices de l'Onu en présence des quatre principaux acteurs d'une crise politique qui s'éternise, sept ans après la chute de Mouammar Kadhafi.
En effet,  le président français Emmanuel Macron a réuni mardi les quatre principaux acteurs du conflit libyen pour tenter de trouver une sortie de crise dans ce pays toujours plongé dans le chaos, sept ans après la chute de Mouammar Kadhafi.
"Nous avons tout intérêt, pour notre sécurité, à travailler à la stabilité de la Libye. C'est pour ça que je réunis autour de la table tous les acteurs concernés aujourd'hui à l'Elysée", a tweeté M. Macron à leur arrivée au palais présidentiel.
Le Premier ministre du gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj et son rival le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est du pays, se retrouvent une nouvelle fois à l'initiative du président français et sous l'égide de l'ONU, dix mois après la rencontre de La Celle-Saint-Cloud près de Paris le 25 juillet 2017.
Ils sont rejoints cette fois par le président de la Chambre des représentants, Aguila Salah, basé à Tobrouk (est) et qui ne reconnaît pas le gouvernement de Tripoli, ainsi que par celui du Conseil d'Etat, équivalent d'une chambre haute à Tripoli, Khaled al-Mechri.
"La période que nous traversons (...) impose des décisions", a souligné Emmanuel Macron en accueillant M. Sarraj. Il a insisté sur "la volonté de réconcilier en laissant les peuples souverains s'exprimer".
Jusqu'à présent, tous les efforts engagés ont échoué à stabiliser ce pays d'Afrique du Nord depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi à la suite des Printemps arabes et de l'intervention occidentale lancée en mars 2011.
"Sur le papier, la conférence de Paris est une nouvelle victoire pour la France qui montre, au moins au plan diplomatique, qu'elle mène le jeu dans l'affaire libyenne", constate Federica Saini Fasanotti de l'institut Brookings à Washington.
"Mais la réalité est infiniment plus complexe", ajoute-t-elle, pointant le rôle des milices qui fleurissent sur le chaos ambiant et l'aversion des Libyens pour ce qu'ils assimilent à des ingérences étrangères.
Les principaux acteurs politiques et militaires de la ville de Misrata - qui compte les groupes armés les plus puissants et influents dans l'ouest libyen - boycottent la réunion de Paris, après avoir exigé d'être traités d'égal à égal avec les quatre délégations, selon des sources politiques libyennes.
"Beaucoup dans l'ouest de la Libye voient l'initiative française comme une tentative de renforcer la position de Khalifa Haftar et d'en faire un acteur incontournable", relève Mohamed Eljrah, de la société de conseil Libya Outlook.
Un certain nombre d'acteurs réclament en outre la tenue d'un référendum constitutionnel définissant les pouvoirs du futur président - fonction qui n'existe pas aujourd'hui en Libye - avant tout scrutin présidentiel.
Comme en juillet 2017, l'Italie, ancienne puissance coloniale et première terre d'accueil des vagues de migrants d'origine subsaharienne arrivant de Libye, semble peu goûter ce qu'elle assimile à un cavalier seul de Paris.
"C'est comme si Macron avait voulu profiter de ce moment d'absence politique italienne sur les dossiers libyens", en raison de la crise politique à Rome, écrivait le quotidien La Repubblica le 24 mai, citant des sources diplomatiques italiennes.

Mercredi 30 Mai 2018

Lu 682 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com