Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne




Un accord de cessez-le-feu est entré en vigueur, jeudi matin, dans la bande de Gaza après deux jours d'agressions israéliennes ayant fait plus d'une trentaine de morts dans l'enclave palestinienne. Ce cessez-le-feu est intervenu après la mort de huit Palestiniens d'une même famille, dont cinq enfants et deux femmes, suite à une frappe israélienne sur leur maison à Deir Al-Balah, selon les autorités locales.
Pour tenter de freiner cette escalade de violence, l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, est arrivé mercredi au Caire pour mener avec l’Egypte une nouvelle médiation en vue d'une "désescalade urgente". Les habitants de Gaza ont salué cet accord qui reste néanmoins fragile et vient mettre fin à l'un des accès de violence les plus meurtriers depuis l'offensive israélienne ayant fait environ une soixantaine de morts le 14 mai 2018 à Gaza, jour de l'inauguration à Al-Qods occupée de l'ambassade américaine.
Depuis mardi, la bande de Gaza était la cible de plusieurs agressions militaires israéliennes qui ont commencé avec une opération ciblée à l'est de la ville de Gaza, laquelle a entraîné la mort d'un important dirigeant palestinien avec son épouse.
Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Al Malki, a indiqué, mercredi à Tanger, que les agressions israéliennes confirment que le peuple palestinien a besoin de la protection internationale. S'exprimant à l'ouverture du Forum international MEDays, M. Al Malki a fait savoir que le peuple palestinien à Gaza est victime d'agressions continues depuis mardi, ayant fait 23 morts dont des enfants et des femmes, en plus de la destruction de dizaines de maisons et d'édifices par les forces d'occupation israéliennes. "Ces agressions confirment sans équivoque qu'une protection internationale est nécessaire pour le peuple palestinien contre les attaques et les crimes des forces de l'occupation", a-t-il relevé, soulignant la nécessité de garantir les droits légitimes du peuple palestinien à la liberté, à l'indépendance et à la création d'un Etat. "Nous devons dénoncer les agressions perpétrées par les forces de l'occupation et non pas chercher à les justifier", a-t-il mis en avant, notant que le mutisme de la communauté internationale (face à ce crime) la rend indirectement responsable de ses conséquences.
Le ministère de la Santé palestinien a annoncé, mercredi soir, que vingt-six Palestiniens, dont trois enfants et une femme, ont été tués, et plus de 70 autres ont été blessés, dont 30 enfants et 13 femmes, suite aux frappes israéliennes sur la bande de Gaza.

Vendredi 15 Novembre 2019

Lu 922 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com