Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdessadek Rghioui nouveau secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement




Abdelaziz Ioui : Pour avoir marginalisé le rôle de l’enseignant, l’école publique vit au rythme d’échecs consécutifs
Abdelhamid Fatihi : L’appel à l’instauration d’un nouveau modèle de développement est la preuve que le modèle actuel est dépassé



Le XIème Congrès du Syndicat national de l’enseignement, affilié à la Fédération démocratique du travail (FDT),  a élu Abdessadek Rghioui secrétaire général du SNE. Les 126 membres du Conseil national ont voté à l’unanimité en faveur de ce dernier pour succéder à Abdelaziz Ioui qui a passé deux mandats à la tête dudit syndicat et dont les statuts ne permettent pas de briguer un 3ème.
Ce Congrès tenu les 27, 28 et 30 octobre au Complexe Moulay Rachid à Bouznika  sous le thème "Un front social pour la protection de l’école publique" a connu un franc succès, et ce à tous les niveaux et a été marqué par une présence de qualité, entre autres, celle de Driss Lachguar, Premier secrétaire de l’USFP.
De nombreuses délégations africaines, arabes et européennes étaient présentes également à la séance d’ouverture du Congrès qui a entamé ses travaux dans un contexte marqué par des changements politiques, économiques, sociaux et culturels.
Au cours de son intervention, l’ex- secrétaire général du SNE, Abdelaziz Ioui,  a rappelé  les derniers développements survenus au niveau politique, particulièrement le limogeage de certains ministres par le Souverain  et les déclarations irresponsables du ministre algérien des Affaires étrangères portant atteinte à l’image du Maroc.  Comme il n’a pas manqué de mettre l’accent sur  les régressions consécutives  dans les domaines économiques, sociaux et des droits de l’Homme, ainsi que le gel du dialogue social, et ce  après l’adoption  de la Constitution de 2011.
En ce qui concerne l’enseignement, l’intervenant a, par ailleurs, fait savoir que l’école publique connait depuis des années des échecs répétitifs et que les différentes réformes entreprises dans le secteur n’ont pas abouti aux résultats escomptés du fait qu’elles n’ont pas pris en considération le rôle de l’enseignant en tant que pivot de toute réforme. Et d’ajouter que le ministère concerné n’a pas de vision claire en vue de résoudre le problème de la formation et la formation continue  des enseignants, tout en rappelant que quelque 203.000 enseignants n’ont bénéficié depuis les années 1980 d’aucune formation en intégrant le métier d’enseignant.
Dans ce cadre, Abdelaziz Ioui  a rappelé aussi que le recrutement par contrat, la décision de dissocier la formation de l’embauche  et la réduction de la bourse de formation, toutes ces décisions sont des mesures qui ont été prises au détriment de la réforme du système éducatif.
Pour sa part, le secrétaire général de la FDT, Abdelhamid Fatihi, a assuré que le régime fiscal pèse lourdement sur la condition de la classe ouvrière. Selon lui, celle-ci est assujettie à plus de 70% de l’impôt sur le revenu outre les augmentations successives de la TVA et leurs répercussions sur le consommateur et le pouvoir d’achat.
Il a assuré que l’appel à la mise en place d’un nouveau modèle de développement vu que le modèle actuel n’est pas en mesure de produire de la richesse, car le taux de développement ne dépasse pas dans les meilleurs des cas 4,3%. De même, les postes d’emploi créés dans le secteur public ou privé ne permettent pas de juguler le chômage des jeunes. En plus, ce dirigeant syndicaliste a assuré que la pauvreté, le chômage et la précarité constituent des tares de la société marocaine en dépit des acquis réalisés ces deux dernières décennies.
Fatihi a, par ailleurs, critiqué le fait que durant le mandat du gouvernement précédent, les relations entre les centrales syndicales et le gouvernement étaient marquées par des tensions et l’absence de dialogue surtout que l’Exécutif avait pris des décisions et des mesures impopulaires de façon unilatérale concernant la Caisse de la compensation, la réforme des Caisses de retraite, le gel des salaires, l’augmentation des prix et des impôts, ce qui a eu des répercussions néfastes sur le pouvoir d’achat des salariés. En ce sens, il a exhorté le gouvernement actuel à mettre en place une nouvelle approche du dialogue social et à prendre des mesures tangibles pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés par l’augmentation des salaires et la réduction des impôts et des charges sociales.
Après les allocutions des syndicats affiliés à l’Internationale de l’enseignement et également du SNESup et de la Solidarité universitaire marocaine, la première séance du Congrès a été consacrée à la lecture des  rapports moral et financier. Après leur discussion par les congressistes, les deux rapports ont été adoptés à l’unanimité.
Les congressistes ont approuvé lors de la même séance  l’élection de la présidence du Congrès et des présidents des commissions et des ateliers.
Les travaux du Congrès se sont poursuivis le samedi 28 octobre 2017 par la discussion et l’approbation des projets soumis aux congressistes (la politique d’enseignement, le règlement organisationnel, le dossier revendicatif et un rapport sur la femme enseignante).
Les congressistes ont ensuite élu les membres du Conseil national en adoptant des listes régionales et une liste nationale. Ainsi, le nouveau Conseil national se compose de 157 membres représentant les différentes régions du Royaume.

Larbi Bouhamida
Lundi 30 Octobre 2017

Lu 1245 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés