Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abderrazzak Laassel : Les groupes séparatistes,facteur direct de déclenchement des guerres civiles et des conflits ethniques en Afrique


Libé
Vendredi 11 Novembre 2022

Les groupes séparatistes en Afrique sont un facteur direct dans le déclenchement des guerres civiles et des conflits ethniques, a souligné l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi au Kenya, Abderrazzak Laassel, notant que le rôle déstabilisateur de ces groupes dans le continent a été négligé ces dernières années.

Dans une tribune publiée par le journal kényan "The Standard", le diplomate marocain a mis en garde contre le nombre croissant d'individus passant de groupes séparatistes à des groupes terroristes et vice versa, relevant que ces individus sont généralement financés, hébergés, soutenus et armés par des pays voisins qui favorisent la propagation du terrorisme et compromettent davantage la paix et la sécurité régionales.

A cet égard, M. Laassel a souligné que les liens entre les éléments du "polisario" et les mouvements terroristes remontent aux années 80, notant que l'année 2007 a marqué un tournant dans l'évolution du terrorisme en Afrique du Nord.

Le groupe salafiste pour la prédication et le combat a décidé d'intégrer le mouvement jihadiste mondial en devenant Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et les liens entre AQMI et les milices du "polisario" se sont confirmés, a-t-il expliqué, relevant que ces dernières années, AQMI a également montré un certain intérêt pour le "polisario" qui est devenu l'une des principales bases de recrutement de l'organisation terroriste.

Le diplomate marocain a, en effet, illustré ses propos en évoquant l'élimination, en 2021 par la force Barkhane, du chef du groupe Etat islamique au grand Sahara (EIGS), qui n'est autre qu’Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, l'un des premiers membres de la milice séparatiste du "polisario".

Abou Walid al-Sahraoui, de son vrai nom Lahbib Ould Abdi Ould Said Ould El Bachir, a quitté les camps de Tindouf en 2010 pour le Mali afin de rejoindre la Katiba Tarik Ibn Zyad liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a fait savoir l'ambassadeur marocain, ajoutant qu'un an plus tard, cet ancien séparatiste a fondé le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) dans la région malienne de Gao.

En octobre 2011, ce mouvement radical mène sa première opération d’envergure en kidnappant deux humanitaires espagnols et une Italienne dans les camps de Tindouf, a détaillé M. Laassel, ajoutant qu'en mai 2015, il a prêté allégeance à Daech et a créé "sa franchise" dans la région sous l’appellation "Etat islamique au grand Sahara" (EIGS).

Le Royaume du Maroc est fermement convaincu que le lien entre le terrorisme et le séparatisme doit être contrecarré par des partenariats efficaces en s'appuyant sur les structures existantes, a conclu le diplomate marocain.


Lu 2524 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 18:00 L’Appel de Laâyoune

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS