Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abbas El Fassi reconduit à la tête du Parti de l’Istiqlal




Au deuxième jour du 15ème congrès du Parti de l’Istiqlal qui s’est ouvert vendredi dernier sous le slogan «Tous pour un Maroc des réformes», Abbas El Fassi a été réélu secrétaire général du parti pour un troisième mandat consécutif. Cette reconduction a été possible après que le congrès a adopté une motion dans le statut conférant au secrétaire général sortant de briguer un troisième mandat s’il est à la tête de l’Exécutif. C’est le cas de Abbas El Fassi qui occupe le poste de Premier ministre depuis les législatives de 2007. Sa réélection s’est faite à l’unanimité après que My M’Hamed El Khalifa, qui s’est porté candidat à ce poste, a retiré sa candidature pour préserver, a-t-il dit, « l’unité » du parti.
Après sa réélection, le secrétaire général fraîchement élu, a reçu un appel téléphonique du Roi Mohammed VI qui l’a félicité pour sa nomination et pour la confiance des militants.
La majeure partie des travaux du congrès a été marquée, dans la journée du samedi, par l’adoption en séance plénière des rapports élaborés par les commissions du « Statut », « des Affaires politiques, de l’intégrité territoriale, de la justice et des droits de l’Homme », « des Affaires économiques », « des Affaires sociales et culturelles » et « d’évaluation de l’action du PI ». Les 4500 congressistes qui ont pris part au congrès se sont également penchés sur l’examen et l’approbation de la déclaration finale du congrès.Se sont par ailleurs ouvertes dans la même soirée les candidatures pour l’élection du nouveau comité exécutif. Un comité dont les membres passeront désormais de 22 à 24 dont 3 femmes et 3 jeunes âgés de moins de 40 ans. Selon un membre de la commission préparatoire, quelque 65 membres ont présenté leur candidature au comité exécutif dont 8 jeunes et trois femmes, dont Ahmed Kadiri, Ahmed Toufiq Hjira et Nizar Baraka.
La candidature de ces derniers est devenue possible après que le congrès a décidé qu’une seule élection au conseil national suffise pour pouvoir prétendre au comité exécutif. En revanche, d’autres noms n’ont pas présenté leur candidature, dont Mohamed Messari qui, par ses positions, s’était ouvertement opposée à une réélection de Abbas El Fassi, de Hassan Abdelkhalek nommé ambassadeur ou de M.Aouad qui n’a pas pris part aux travaux du congrès.
A l’heure où nous mettions sous presse, l’opération de vote se poursuivait encore et les résultats devaient être proclamés dans la soirée. Le conseil national du parti (élu par les régions) devra élire prochainement un comité central composé de 160 membres.
Pour rappel, les travaux du congrès se sont ouverts vendredi dernier dans un climat de grande solidarité avec le peuple palestinien et en présence des délégations de différents partis politiques nationaux et étrangers dont le PJD turc. L’USFP était composée d’une importante délégation dont Mohamed Elyazghi, Habib Malki, Driss Lachguer, Abdelhadi Khairat et Rachida Benmasoud. Dans son discours d’ouverture, Abbas El Fassi a réitéré l’attachement du parti à ses constantes, à savoir «l’islam, la Monarchie constitutionnelle et l’intégrité territoriale».

Amina SALHI
Lundi 12 Janvier 2009

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif