7ème art marocain: La femme, une source d’inspiration pour les cinéastes


Libé
Lundi 7 Mars 2022

7ème art marocain: La femme, une source d’inspiration pour les cinéastes
La question des femmes a été depuis toujours au centre des productions cinématographiques donnant à voir de nombreux œuvres cinématographiques marocaines qui ont présenté ce sujet sous une multitude de facettes reflétant ainsi l'évolution du regard de la société sur la femme. Au fil des années, des productions cinématographiques passent au crible la situation des femmes au sein de la société et calquent les conditions sociales ainsi que les défis auxquels elles étaient confrontées, contribuant ainsi à l'existence de films traitant des problèmes des femmes sous différents angles et points de vue. Dans cet élan, le réalisateur, Mohamed Chouika, souligne que le 7ème art marocain a dessiné le vrai portait de la femme notamment dans le milieu rural mettant en lumière des sujets tels que l'inégalité, l'ignorance, la dépendance totale à l'homme et la prise en charge de plusieurs responsabilités, notamment le travail dans les champs. Le réalisateur a confié, dans un entretien à la MAP, à l'occasion de la Journée internationale de la femme, que plusieurs films tournés dans le milieu rural témoignent de ces problèmes. D'autre part, des films ont tiré la sonnette d'alarme quant à la condition difficile de travail des femmes, dans le milieu urbain, à travers le long-métrage "Enfance volée" de Hakim Noury. M. Chouika a ajouté que d'autres œuvres cinématographiques ont abordé la question des femmes à travers des sujets à caractère politique et juridique dont le droit à l'égalité, ce qui a reflété des sujets des militants associatifs des droits de l'Homme et de défense des femmes et l'accès à certains postes, autrefois réservés aux hommes. Le cinéaste a relevé que le cinéma marocain a présenté des contextes politiques, sociaux et culturels de la société marocaine. S'agissant de l'image de la gent féminine dans le cinéma marocain, M. Chouika a estimé que plusieurs films n'ont pas surmonté les stéréotypes sur les femmes, alors que d'autres films ont été très audacieux dans le traitement des questions ayant trait à ce sujet dont "Adam" de Mariam Touzani et "Indigo" de Selma Bargach, mais également "Les femmes du Pavillon J» de Mohammed Nadif ou "Marjana" de Jamal Souissi. Le réalisateur a tenu à préciser que plusieurs films ont brisé des tabous et les images stéréotypées sur la femme. Par ailleurs, M. Chouika a mis l'accent sur la nécessité d'avoir une véritable culture de la question féminine, relevant que la nouvelle génération de cinéastes marocains ont un souci de défendre les questions essentielles de la femme marocaine. Le réalisateur a dans ce sens formulé le souhait que le 7ème art porte son attention aux questions prioritaires au sein de la société marocaine qui veut se débarrasser de certaines mentalités et visions exiguës sur les femmes.


Lu 1165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.