Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

40 morts dans des combats au Yémen




Un haut responsable de l'armée tué par un tir de missile

L'un des plus hauts responsables de l'armée yéménite a été tué dans la nuit de mardi à mercredi lors de combats avec les rebelles Houthis qui ont fait 39 autres tués de part et d'autre, près de Mokha (sud-ouest), selon des sources militaires.
Le général Ahmad Saif Al Yafii a été tué par un tir de missile aux abords de cette ville sur la mer Rouge que les forces progouvernementales ont récemment reprise aux rebelles dans le cadre d'une grande offensive sur la côte sud-ouest du pays, a indiqué à l'AFP une source militaire.
Cette zone a connu des combats meurtriers, selon d'autres sources militaires progouvernementales qui ont déploré 18 tués et une trentaine de blessés dans leurs rangs. Au moins 21 rebelles ont péri et 23 ont été blessés dans ces affrontements et les raids aériens de la coalition arabe menée par Ryad qui appuient les forces progouvernementales, selon les mêmes sources. L'objectif de ces forces est de déloger les Houthis de la grande ville portuaire de Hodeida (ouest).
Les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, avec le soutien de la coalition arabe, ont repris du terrain aux Houthis depuis que ces derniers se sont emparés à partir de 2014 de vastes pans du territoire yéménite.
Ces rebelles, soutenus par l'Iran, contrôlent toujours la capitale Sanaa, ainsi que des régions de l'ouest et du nord du pays.
Dans la province d'Abyane (sud), des combattants d'Al-Qaïda ont saisi dans la nuit trois cargaisons d'armes destinées aux forces progouvernementales, ont indiqué mercredi des sources tribales.
Ces jihadistes ont intercepté un convoi de l'armée venant de Marib (centre) et se dirigeant vers Taëz (sud-ouest). Ils ont déchargé les armes avant de mettre le feu aux trois camions, selon ces sources.
Les armes ont été embarquées sur des véhicules d'Al-Qaïda qui ont pris la direction de zones montagneuses où se retranchent des combattants du réseau jihadiste.
Al-Qaïda, bien implanté dans le sud et le sud-est du Yémen, a profité du conflit entre gouvernement et Houthis pour multiplier les coups d'éclat, parallèlement à son rival, le groupe Etat islamique (EI), également présent dans ce pays.
Depuis l'intervention de la coalition arabe au Yémen en mars 2015, le conflit a fait plus de 7.400 morts et quelque 40.000 blessés, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cependant, le coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Yémen, Jamie McGoldrick, a cité un bilan plus lourd de quelque 10.000 civils tués.
M. McGoldrick a prévenu mardi que plus d'un quart des Yéménites, soit sept millions de personnes, étaient au bord de la famine.

Libé
Jeudi 23 Février 2017

Lu 430 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés