Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

26 morts dans un attentat-suicide en Irak




Le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi a fui Mossoul

Au moins 26 personnes ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi lorsque deux kamikazes ont fait détoner leur charge explosive lors d'une célébration précédant un mariage au nord de Bagdad, ont déclaré jeudi un officier de police et un docteur.
L'attentat, qui a eu lieu dans le secteur d'Al-Hajaj, au nord de la ville de Tikrit, a fait également 25 blessés, selon ces sources.
"Le premier kamikaze s'est fait exploser à 20H30 (17H30 GMT mercredi) au milieu d'hommes qui étaient en train de danser lors de la célébration", alors que le second a fait détoner sa ceinture d'explosifs quelques minutes plus tard, a déclaré un lieutenant colonel de la police.
Un médecin d'un hôpital local a confirmé le bilan de 26 morts et de 25 blessés.
Cet attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat mais porte la marque du groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui a souvent recours à des kamikazes dans ses attaques.
Ce groupe radical sunnite est actuellement sous le coup d'une offensive des forces irakiennes à Mossoul, deuxième ville du pays dont il s'était emparé en juin 2014.
Le groupe s'était aussi emparé à cette occasion de vastes pans de territoires au nord de Bagdad, comme Tikrit, ainsi qu'à l'ouest de la capitale.
Les forces irakiennes, soutenues par la coalition internationale antijihadistes menée par les Etats-Unis, ont repris depuis de nombreuses villes, notamment Tikrit.
Mais si l'EI a perdu du terrain, il n'en demeure pas moins menaçant, en menant régulièrement des attaques.
Par ailleurs, le groupe Etat islamique a subi un double échec en Irak mercredi, à Mossoul, avec la perte d'une prison tristement célèbre, où les jihadistes auraient exécuté des centaines de personnes, et la fuite annoncée de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi.
Selon un responsable de la Défense américain, Abou Bakr al-Baghdadi n'est en effet plus à Mossoul, où il avait fait sa seule apparition publique en juillet 2014, peu après la prise de la deuxième ville du pays par ses hommes de l'EI.
"Il a probablement quitté Mossoul avant que Mossoul et Tal Afar ne soient isolées par les forces irakiennes", selon ce responsable, en référence à un autre bastion de l'EI, à l'ouest.
Le chef de l'EI "n'exerce probablement aucune influence tactique sur la manière dont la bataille est menée" contre les forces irakiennes à Mossoul. "Il a probablement donné de grandes orientations stratégiques" à ses chefs militaires sur place et les a laissés mener le combat, a-t-il ajouté, sous couvert d'anonymat.
Abou Bakr al-Baghdadi est traqué par le commandement américain des forces spéciales (Socom) et les agences de renseignement américaines, comme l'avait été avant lui le chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden.
Sur le terrain, la prison de Badouch, située au nord-ouest de la ville, a été reconquise par les forces de la 9e division blindée et un groupe paramilitaire, a annoncé l'armée, sans indiquer si des détenus s'y trouvaient toujours.
C'est dans cette prison qu'en juin 2014 les jihadistes avaient exécuté 600 détenus, principalement des chiites, les forçant à s'agenouiller près d'un ravin avant de les y pousser et de brûler leurs corps, selon Human Right Watch.
Une députée yézidie, Vian Dakhil, avait affirmé la même année que dans cette prison les jihadistes détenaient plus de 500 femmes de cette minorité religieuse qu'ils considèrent comme hérétique.
Acculés en Irak, les jihadistes sont également sur le recul en Syrie voisine.
Mardi soir, les forces gouvernementales ont repris aux jihadistes la station de pompage d'al-Khafsa qui alimente Alep en eau courante.
Située près du fleuve Euphrate, cette station avait été mise hors service par l'EI après la reprise d'Alep par le régime en décembre, laissant les habitants de la deuxième ville de Syrie sans eau courante.

Libé
Vendredi 10 Mars 2017

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés