Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

2018, année de la culture marocaine en Belgique




Le Maroc a été en 2018 au centre de toutes les attentions en Belgique à la faveur d'une multitude d'événements culturels qui ont offert une belle vitrine pour le Royaume. L'année qui touche à sa fin a été ainsi rythmée par une panoplie de concerts, spectacles, expositions, festivals, rencontres littéraires... qui ont mis en avant la diversité culturelle du Royaume et la richesse de son patrimoine historique. Dès le mois de février, le Festival "Moussem Cities", dédié à la ville de Casablanca, a donné le la d'une année exceptionnelle pour la culture marocaine en Belgique. A travers une programmation artistique et culturelle de haute volée, en partenariat avec l'ambassade du Maroc en Belgique, ce festival a emporté le public bruxellois et européen dans un voyage fascinant à travers la métropole casablancaise qui constitue le reflet d'une société marocaine au carrefour de la tradition et de la modernité. En misant sur différentes formes d'expression artistique, le Centre nomade des arts "Moussem" et ses partenaires bruxellois, à l'origine de ce festival, ont voulu montrer les nombreuses facettes de la culture marocaine, riche de ses multiples affluents et héritages civilisationnels. Tout au long de cet événement culturel d'envergure, le public avait rendez-vous avec une série d'activités retraçant une métropole en mouvement à travers le regard de ses artistes, penseurs et créateurs et favorisant le dialogue et la compréhension mutuelle par le biais de l'échange culturel.
Pour le directeur du festival Mohamed Ikoubaan, le choix qui s'est porté sur Casablanca pour cette troisième édition de "Moussem Cties" tient au fait que c'est une ville qui représente "le cœur battant du Maroc moderne et contemporain, un Maroc dynamique qui bouge et avance sur les plans politique, économique, social et culturel". "En tant qu'organisateurs, nous avons choisi de mettre l'accent sur l’aspect artistique de cette évolution, d’autant plus que c’est une ville qui continue à inspirer les artistes", a-t-il ajouté.  Et c'est une exposition qui jette un regard artistique sur les différentes étapes de l’évolution de Casablanca, par le biais de différentes formes créatives…qui a ouvert le bal de ce festival.
Le volet musical de "Moussem Cities" a été très apprécié par le public qui a eu l'occasion de se délecter d'une prestation magistrale de la vocaliste Nezha Skalli et de découvrir l'oeuvre sensationnelle de musique de chambre "Tableaux d'une âme, Tableaux de Casablanca" du compositeur et musicologue marocain Nabil Benabdeljalil. Au menu figuraient également des concerts de Khadija El Bidaouia et Abderrahim Souiri qui ont interprété des chansons puisées dans le répertoire chaâbi et arabo-andalou marocain, ainsi que des prestations des groupes "Diwan Ennas" et "Hoba Hoba Spirit". Le 7ème art a été aussi présent en force lors du "Moussem Cities" avec des projections des longs-métrages "Zéro" de Noureddine Lakhmari et de "Razzia" de Nabil Ayouch.
Au terme d'un mois ponctué d'expositions, de concerts, de spectacles de danse, de conférences, de projections cinématographiques et de représentations théâtrales, le "Moussem Cities" a pris fin en beauté avec un focus sur Casablanca, source d'inspiration de la création littéraire.  Durant l’année qui s'achève, le prestigieux Palais des Beaux-Arts "Bozar" a également fait la part belle au Maroc à travers une programmation musicale faite de découvertes, de rencontres artistiques et de moments magiques.
Dans ce cadre, ce haut lieu culturel a accueilli deux formations marocaines dépositaires de traditions musicales séculaires qui ont livré des concerts hauts en couleur.
Outre l'ensemble "Hadra Chefchaounia" dirigé par Rhoum El Bakkali, qui a offert au public un voyage musical au cœur des montagnes du Nord du Maroc, c'est vers le Sud du Royaume et plus particulièrement, la ville de Dakhla, que le groupe "Doueh" a transporté les spectateurs friands de découvrir un style musical aux influences multiples, ancré dans le patrimoine traditionnel hassani dans toute sa splendeur.  Cette programmation musicale aux couleurs du Maroc vient de se clôturer dans l'émotion avec un concert en hommage à l'icône de la chanson amazighe, feu Mohamed Rouicha.
En 2018, le Maroc a été aussi à l'honneur lors de plusieurs manifestations cinématographiques en Belgique.
Le 7ème art marocain, qui souffle cette année sa 60ème bougie, a été ainsi représenté au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles qui a permis de faire découvrir le Maroc autrement, grâce à son cinéma.  Au total pas moins de six films ont été projetés, dont un en compétition officielle, pour le plus grand bonheur des cinéphiles désireux d'explorer les différentes facettes du cinéma marocain fort de sa diversité et de son ouverture sur le monde.  En plus de Bruxelles, cette dynamique a touché d'autres villes belges tout au long de l'année à travers différentes activités mettant en avant la culture marocaine dans toute sa richesse et sa splendeur.  Le théâtre marocain a également été présent lors de cette année. Plusieurs troupes se sont produites notamment à Bruxelles, en Wallonie, en Flandre pour rapprocher la communauté marocaine de cet art de proximité. Ces représentations ont été organisées avec le soutien du ministère chargé des Marocains résidant  à l'étranger et des Affaires de la migration.  Dans le sillage de l’événement "Maroc 2018", initié par la fédération Wallonie-Bruxelles pour célébrer la coopération maroco-belge multisectorielle, la culture marocaine a brillé de mille feux en Belgique tout au long de l'année qui s'écoule, offrant des moments exceptionnels de partage et d'échange autour de la création artistique dans tous ses états.

A.A
Samedi 15 Décembre 2018

Lu 836 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés