Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

14 civils tués sur un marché au Yémen

Le conflit a fait plus de 8.750 morts depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015




 Au moins 14 civils ont été tués sur un marché dans l'ouest du Yémen dans un raid attribué à l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite qui combat les rebelles Houthis dans ce pays, ont indiqué mercredi des sources locales.
Ces frappes, qui ont eu lieu mardi dans la localité d'Al-Haima, au nord-est de la ville de Taëz, ont également tué 11 rebelles et blessé 16 civils, selon des habitants et un responsable de l'administration locale loyale au gouvernement.
Taëz, grande ville du sud-ouest du Yémen est contrôlée par les forces du président Abd Rabbo Mansour Hadi mais elle est encerclée par les insurgés.
S'exprimant sous le couvert de l'anonymat, le responsable a affirmé que cette frappe avait été menée par "erreur", dans une région où la coalition tente de soutenir un "soulèvement de la population" contre les rebelles Houthis.
Cette coalition intervient en soutien aux forces de M. Hadi, reconnu par la communauté internationale, et contre les rebelles Houthis, qui contrôlent une grande partie du nord du pays mais aussi, depuis 2014, la capitale Sanaa.
Dans la région de Hodeida (ouest) où les troupes pro-gouvernement tentent d'avancer vers le port contrôlé par les rebelles, 22 Houthis faisant partie d'un convoi venu de Sanaa en renfort ont été tués dans des raids aériens, selon des sources militaire et hospitalière.
Cette région connaît une intensification des opérations militaires depuis le tir, le 19 décembre, d'un missile balistique par les rebelles yéménites sur Ryad.
Les combats et les raids ont fait plus de 60 morts samedi et dimanche, selon un bilan avancé lundi par des responsables des services de sécurité et des hôpitaux.
Les raids aériens de la coalition anti-Houthis menée par l'Arabie saoudite et les combats terrestres se sont intensifiés dans cette province depuis le tir par les rebelles d'un deuxième missile balistique sur Ryad le 19 décembre.
Les deux camps dépêchent d'importants renforts sur les lignes de front. Ceux des Houthis sont pris pour cible par l'aviation de la coalition, tandis que les forces pro-gouvernement n'arrivent pas à progresser vers le nord en raison de la présence de champs de mines.
Hodeida, capitale de la province éponyme, a une importance capitale, son port sur la mer Rouge étant le principal point d'entrée des importations du pays.
La ville et le port sont contrôlés par les Houthis. La coalition impose des inspections aux cargaisons pour empêcher l'entrée d'armes au profit des insurgés.
Au cours des dernières 24 heures, 18 Houthis ont été tués dans des raids aériens à Haïs et 35 autres à Tahita, deux régions à environ 70 km de Hodeida, a indiqué un responsable des services de sécurité.
Ces bilans ont été confirmés par plusieurs hôpitaux de Hodeida, qui ont en outre fait état de 63 blessés parmi les insurgés.
Une source militaire pro-gouvernement a de son côté rapporté 12 morts et 19 blessés dans les rangs des forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi.
Le conflit au Yémen a fait plus de 8.750 morts, dont de nombreux civils, depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015, selon l'ONU. Cette coalition affirme avoir tué quelque 11.000 Houthis.

Jeudi 28 Décembre 2017

Lu 237 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.