Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Une journée de sensibilisation à Rabat pour faire connaître la thalassémie

Une maladie génétique héréditaire qui se traduit par une anémie




​Une journée de sensibilisation à Rabat  pour faire connaître la thalassémie
Des activités de sensibilisation et récréatives ont été organisées, samedi à l'hôpital des enfants de Rabat, au profit de 80 enfants atteints de thalassémie et de leurs proches, à l'occasion de la Journée internationale de la thalassémie. Ce programme mis en place par l'Association marocaine de thalassémie et des maladies de l'hémoglobine porte aussi sur la formation et l'information des médecins afin de faire connaître cette maladie et son traitement actuel, a déclaré, à la MAP, Mohamed Khattab, chef du service d'hématologie et d’oncologie pédiatrique à l'hôpital d'enfants de Rabat et président de cette association.
La thalassémie, une maladie génétique héréditaire qui se traduit par une anémie, nécessite des transfusions sanguines mensuelles à la vie, a-t-il indiqué, précisant que "la prévention de cette maladie est facile et ne nécessite qu'une analyse coûtant 300 DH". 
Pour une meilleure prise en charge des patients, le ministère de la Santé a mis en place un plan d'action national de lutte contre les maladies héréditaires de l'hémoglobine, mais le traitement de la thalassémie demeure toutefois coûteux, soit près de 20 millions de centimes par an pour les enfants et une somme plus élevée pour les adultes, a ajouté M. Khattab, également professeur à la Faculté de médecine de Rabat.
D'après l'OMS, le Maroc devrait compter environ 3000 cas, mais seulement 400 cas sont recensés au niveau des hôpitaux. "Est-ce qu'ils décèdent avant terme, est-ce qu'ils ne sont pas diagnostiqués ?", s'est-il interrogé avant de préconiser l'établissement d'un registre de cette maladie.Près de 115 cas ont été recensés et traités au Maroc en 2015, selon le centre de référence des thalassémies relevant du service d'hématologie et d'oncologie pédiatrique, précisant que 20 nouveaux cas sont enregistrés par an.
Selon l'OMS, 3% de la population au Maroc serait porteuse de la bêta-thalassémie, maladie génétique qui se transmet selon un mode autosomal récessif.
Dans les maladies aussi lourdes que la thalassémie, le volet psychologique et social est primordial dans la prise en charge des malades et de leurs familles, souligne l'Association marocaine de thalassémie et des maladies de l'hémoglobine.

Mardi 12 Mai 2015

Lu 694 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés