Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Retour d’expérience et stratégies de déconfinement

Le point de vue des pharmaciens hospitaliers et d’officine




​Retour d’expérience et stratégies de déconfinement
La Faculté de pharmacie de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé a organisé dernièrement un webinaire sur le retour d’expérience des pharmaciens hospitaliers et d’officine concernant leur gestion de la pandémie Covid-19 depuis son apparition au Maroc. 
Le professeur Samir Ahid, doyen de la Faculté de pharmacie, a souligné dans ce cadre que ce séminaire virtuel a été l’occasion d’échanges d’expériences très intéressants avec l’assistance et de réflexion autour des rôles pluriels des pharmaciens hospitaliers et d’officine.
Pour sa part, le docteur Youssef Hafidi, pharmacien hospitalier au CHU de Fès, a indiqué que l’épidémie de Covid-19 représente un enjeu de santé publique majeur. Le pharmacien hospitalier a été sollicité en tant que partenaire incontournable de la santé pour coordonner, participer et répondre au plan de veille et de riposte à l’infection par le Sars-CoV-2 afin de mitiger ses conséquences humaines, environnementales et économiques.
La pharmacie hospitalière a été confrontée à plusieurs problématiques qui ont touché ses fonctions logistiques en matière d’approvisionnements d’urgence en médicaments et dispositifs médicaux et ses fonctions de pharmacie clinique en veillant au respect du bon usage des médicaments à travers le soutien pharmacothérapeutique. Ainsi, face à cette pandémie de portée mondiale, plusieurs défis ont été relevés dont la mise à jour de l’état des commandes et d’approvisionnement en moyens médicaux, en produits pharmaceutiques, en produits biologiques et en dispositifs médicaux avec priorisation des ressources d’intérêts sanitaire et stratégique , en évaluant leur suffisance, les besoins complémentaires et en assurant leur disponibilité ; la capacité de mobilisation des équipes de la pharmacie hospitalière en veillant à la continuité de  prestation de soins pour les patients non Covid-19.
La réponse de la pharmacie hospitalière face au Covid-19 s’est articulée autour de trois réponses. La première correspond à la phase de préparation qui consiste en un inventaire ciblé des médicaments stratégiques avec actualisation de la nomenclature hospitalière, application de nouvelles procédures  d’achats, gestion logistique, distribution, approvisionnement, dispensation (DJIN) et assistance pharmaceutique spécifique aux protocoles en vigueur , et la veille à la sécurité de tout le personnel soignant de l’établissement contre la propagation et la transmission du virus à travers la mise en application des moyens de maîtrise de l’exposition (équipements de protection individuels, désinfection du milieu, distanciation physique, télétravail, ...). 
La deuxième réponse correspond à la phase de déclenchement qui est basée sur la capacité de mobilisation des ressources humaines, la valorisation de leurs compétences (formation et communication) ainsi que la gestion de la charge mentale tout au long de la crise. 
Enfin, la troisième réponse correspond à la mise en pratique de tous les moyens et outils depuis le système d’information hospitalier comme outils de documentation et de traçabilité tant sur le flux informationnel de stock que sur le dossier médical électronique du patient, le conseil des soignants sur les effets indésirables, la probabilité de survenue d’interaction médicamenteuse, ainsi que sur les précautions d’emploi des thérapeutiques conventionnelles et la mise à disposition des alternatives thérapeutiques par substitution pour pallier la non-disponibilité de certaines spécialités , jusqu’à la fabrication locale de la solution hydroalcoolique. 
Pendant la phase de déconfinement, les pharmaciens hospitaliers doivent rester vigilants aux moyens de l’équilibre de la sécurité sanitaire et la reprise de l’activité normale de soins, et la reconstitution des stocks de médicaments, dispositifs médicaux et  matériels de protection à destination en priorité des soignants et des personnes exposées au virus Sars CoV-2.
Pour réussir ses missions, le pharmacien hospitalier doit opérer d’une manière intelligente et solidaire avec l’ensemble des partenaires hospitaliers ou extrahospitaliers dans l’ultime approche centrée sur le patient.
De son côté, Dr Aicha Zahi, pharmacienne d’officine et présidente de la Société marocaine de valorisation de l’acte officinal (SMVAO), a rappelé que le pharmacien d’officine en tant que professionnel de la santé continue à jouer son rôle au quotidien lors de l’épidémie, à savoir  la délivrance des produits médicamenteux et autres produits de santé, le conseil et le suivi thérapeutique des patients atteints de maladies chroniques et la préparation magistrale et officinale.
Mais lors de cette pandémie, ces rôles ont été en partie transformés. En effet, cette situation exceptionnelle a poussé le pharmacien d’officine à s’adapter en vue de faire face à la pandémie en utilisant tous les moyens de bord à sa disposition, en l’absence d’une conduite à tenir et d’un protocole face à cette pandémie. Il a ainsi assuré la logistique du travail, notamment la mise en place des équipements nécessaires à la sécurité de l’équipe officinale, à savoir l’utilisation de masques de protection et de solutions hydroalcooliques et des désinfectants du sol  ainsi que l’installation de barrières au niveau des comptoirs. 
Le pharmacien d’officine et son équipe se retrouvent en première ligne face au risque de l’épidémie et recoivent un flux important de patients souhaitant se renseigner sur la maladie ou récupérer leur traitement. Ces patients se dirigent directement vers la pharmacie par peur d’aller aux structures de soins vu la conjoncture actuelle.
Parmi les principales adaptations que le pharmacien d’officine a opéré lors de cette pandémie, il y a :
- la gestion de la pénurie de médicaments,
- le renouvellement des ordonnances des malades atteints de pathologies chroniques notamment en psychiatrie en vue d’éviter la déstabilisation de leur état de santé.  Et ce malgré l’absence des ordonnances valides,
- l’information par rapport aux symptômes du Covid-19 et diagnostics différentiels (grippe, rhume…),
- l’accompagnement des patients en les sensibilisant aux gestes barrières et au port de masques,
- l’orientation des patients traités par la chloroquine et l’hydroxychloroquine pour les maladies auto-immunes vers la pharmacie de la délégation provinciale qui leur dispense gratuitement les traitements,
- la correction de la désinformation en prodiguant les bons conseils par rapport à la prise de certains médicaments, compléments alimentaires ou autres produits lors de cette période de pandémie,
- l’orientation des patients suspects en les invitant à appeler les numéros dédiés à la prise en charge des personnes atteintes de Covid-19.
En matière de stratégie de déconfinement, il est important d’établir une feuille de route claire et d’envisager un partenariat avec les pharmaciens hospitaliers pour élaborer un protocole qualité de déconfinement pour les pharmaciens en général avec un focus sur la particularité des deux professions à la fois hospitalière et d’officine. 
De même, il est important de tirer des leçons des problèmes rencontrés lors du confinement et d’essayer de trouver des solutions notamment pour le renouvellement des ordonnances des patients atteints de pathologies chroniques et ,dans ce sens, réfléchir sur la création de dossier pharmaceutique ou médical partagé avec les médecins.
« Le pharmacien d’officine a pu assumer son rôle de professionnel de santé avec beaucoup de fierté. Et nous continuons à répondre aux attentes des citoyens. Car nous sommes les premiers acteurs de santé à être sollicités », a conclu Dr Aicha Zahi.

Vendredi 5 Juin 2020

Lu 845 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 28 Septembre 2020 - 20:26 Nos chérubins face à l'horreur