Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Remaniement



Premier Conseil des ministres aujourd’hui  sans Mohamed Ouzzine. L’homme à la raclette labellisée FIFA, celui qui a démissionné après avoir promis le pire, c’est-à-dire de ne pas partir parce que tout était de la faute de ses collaborateurs, de Blatter et de tous les Harakis jaloux de son ascension et de sa bonne étoile (connue dans le cosmos sous le nom de Halima. Si, si, il paraît que c’est vrai) n’est pas de ce Conseil des ministres et rien n’est dépeuplé. Il a été démissionné depuis une vingtaine de jours.  D’accord, il a été accueilli en héros dans sa famille politique. Et il n’y a rien à comprendre dans cette schizophrénie hyper de chez nous. 
Soyons juste. Le poste n’est pas complètement vacant. Mohand Laenser en assure l’intérim. On ne sait pas s’il faut parler de promotion pour celui qui a été ministre de l’Intérieur  et qui se retrouve à faire des remplacements à la Jeunesse et aux Sports. Le temps qu’un remaniement partiel, élargi, utile, inutile –biffez la mention inutile- ait lieu.
En attendant, l’exception marocaine se porte très bien. 
 

N.R
Jeudi 29 Janvier 2015

Lu 337 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Juin 2021 - 18:00 Le wali de BAM. Les pieds dans le plat

Mercredi 2 Juin 2021 - 18:23 Séparation des pouvoirs à l’espagnole

Dimanche 18 Avril 2021 - 18:02 Prières surérogatoires et danger imminent



Flux RSS