Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Premier film de la saga Fast & Furious sans Paul Walker




Dom (Vin Diesel) et Letty (Michelle Rodriguez) coulent des jours heureux à Cuba. Mais Dom est rattrapé par Cipher (Charlize Theron), une dangereuse cyber-terroriste qui l'enrôle dans son sinistre plan doublé d'un terrible chantage. Il va devoir se retourner contre sa propre bande et jouer une partie risquée, seul et contre tous. Tel est le point de départ de Fast & Furious 8, qui débarque sur la plateforme de SVOD Netflix pour le plus grand plaisir des fans de la saga mécanique.
Premier film tourné après le décès accidentel de Paul Walker (qui avait joué la plupart de ses scènes de FF7 avant de disparaître), ce huitième volet change aussi de réalisateur, avec F. Gary Gray (N.W.A- Straight outta Compton) aux commandes. Le résultat est efficace, avec comme il se doit, des séquences d'action qui accrochent littéralement au siège. Après une petite course dans les rues de La Havane en guise d'apéritif, deux grosses scènes explosent tout sur leur passage. D'abord l'attaque d'un officiel russe détenant des codes nucléaires dans les rues de New York avec… des voitures sans chauffeur télécommandées qui tombent littéralement des buildings. Puis la course poursuite entre les véhicules de nos héros et un sous-marin russe sur les étendues glacées de la mer de Barents ! Du grand spectacle dans la lignée des épisodes précédents.
Les fans seront peut-être surpris par la bande-son moins chargée en rap et RnB que d'habitude, mais le film est porté par Vin Diesel, plus musclé et monolithique (et donc sauvage) que jamais. La vraie star de ce huitième film reste cependant Charlize Theron, qui joue les méchantes avec délectation. Une recrue de poids pour une saga qui n'a pas fini de vrombir !
Il est à rappeler que  Paul Walker, covedette avec son ami Vin Diesel des précédents films de la saga est né le 12 septembre 1973 en Californie. Ses yeux bleus et sa plastique avantageuse lui permettent de débuter sa carrière comme mannequin. Rapidement il fait aussi des apparitions dans des publicités ou des séries télévisées (Arnold et Willy, Les Routes du paradis, Madame est servie, Les Feux de l'amour).
En 1986 il fait ses premiers pas au cinéma dans le film Monster in the closet, mais il faut attendre 1998 et la sortie du film Pleasantville de Gary Ross, pour qu’il commence à être remarqué. C’est également cette année là qu’il devient père d’une petite fille prénommée Meadow. En 2000, il obtient l’un des premiers rôles dans le film The Skulls, société secrète du réalisateur Rob Cohen. C’est ce dernier qui, en lui donnant en 2001 le rôle de Brian O'Conner dans Fast and Furious, lui permet d’atteindre le statut de vedette. Voitures de sport, vitesse, cascades et jolies filles sont les principaux ingrédients de la saga. Le film et ses suites (sorties en 2003, 2009, 2011 et 2013) sont plébiscités par le grand public. Les Fast and Furious font ainsi partie des plus gros succès populaires de ces dix dernières années. Paul Walker s’illustre également dans les films Prisonniers du temps en 2004, Bleu d'enfer en 2005 et Antartica en 2005. L’année suivante Clint Eastwood fait appel à lui pour tourner dans son film Mémoires de nos pères. On le retrouve ensuite dans La Peur au ventre (2006) et Takers (2010).
Beau gosse, l’acteur est aussi un artiste engagé dans l’humanitaire. En 2010 il se rend en Haïti pour aider les victimes du tremblement de terre qui a dévasté l’île. Quelques mois plus tard, il fonde une association destinée à apporter une l'aide humanitaire aux victimes de catastrophes.
Cruelle ironie, Paul Walker, devenu célèbre grâce aux films où les grosses cylindrées tiennent la vedette, trouve la mort dans un accident de voiture le 30 novembre 2013, dans le comté de Los Angeles. Il avait 40 ans. Au retour d’un gala de bienfaisance, il avait pris place à  bord de la Porsche conduite par un de ses amis. La voiture a quitté la route et percuté un arbre avant de prendre feu. Son décès, très médiatisé, a provoqué une immense vague de tristesse et de réactions sur les réseaux sociaux.

Vendredi 21 Août 2020

Lu 1191 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.