Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Plaidoyer à Marrakech pour une adaptation des contenus numériques aux besoins des malvoyants


​Plaidoyer à Marrakech pour une adaptation des contenus numériques aux besoins des malvoyants
Les participants à une visioconférence organisée, vendredi soir, sous le thème "Enseignement inclusif et responsabilité sociale à l’Université Cadi Ayyad (UCA) dans le contexte de la pandémie de Covid-19" ont appelé à adapter les contenus numériques aux spécificités et besoins des personnes souffrant d'une déficience visuelle, afin de leur permettre une meilleure adaptation à la nouvelle offre de formation à distance.
Les intervenants à cette rencontre virtuelle organisée par le Centre d’enseignement inclusif et de responsabilité sociale (CEIRS) relevant de l'UCAM, ont souligné que l’enseignement à distance qui offre beaucoup d'avantages demeure, tout de même, porteur d'une certaine discrimination à l'égard des étudiants qui, pour des raisons diverses, éprouvent des difficultés d’adaptation.
Dans ce cadre, les participants ont appelé à faciliter l’accessibilité numérique pour les personnes souffrant d’un handicap visuel et la mise à disposition de supports pédagogiques adaptés pour cette catégorie sociale.
Cette catégorie d’étudiants rencontre aussi des problèmes au niveau de l’accès à l’information, ont-ils déploré, notant que les personnes en déficience visuelle nécessitent un accompagnement dans la durée.
Dans ce cadre, le président de l’Université Cadi Ayyad (UCA), Moulay El Hassan Ahbid, a indiqué que cet établissement universitaire accorde beaucoup d'importance à l'intégration des étudiants en situation de handicap, faisant savoir que l’UCA œuvre en vue de réduire la fracture numérique, de manière à ce que l’enseignement à distance puisse profiter à tous les étudiants. Et de poursuivre que l’UCA, à travers son CEIRS, s’est mobilisée pour accompagner et appuyer ses étudiants notamment ceux en situation de vulnérabilité pendant cette période de confinement. 
Cet accompagnement et cet appui, mis en place en coordination avec des acteurs privés et associatifs, ont permis de répondre aux besoins identifiés auprès de quatre catégories d’étudiants (les étudiants en situation de fragilité psychologique, les étudiants en situation de vulnérabilité économique, les étudiants en situation de handicap et les étudiants internationaux), a-t-il précisé. Et de souligner que l’UCA travaille, en collaboration avec les conseils élus, afin d’élargir les accessibilités pour les établissements universitaires et dans les moyens de transport commun.
Dans la foulée, il a présenté la stratégie de l’université dans le domaine de l’enseignement inclusif et la responsabilité sociale, une feuille de route visant à répondre aux besoins des étudiants et à garantir l’égalité des chances aux étudiants en situation de précarité.
Cette stratégie repose sur des organes institutionnels tels que les centres d’écoute et les clubs et des entités de soutien psychologique des étudiants entre autres, a-t-il expliqué, indiquant que l’UCA a procédé au suivi de la situation de plus de 800 étudiants, qui n’ont pas pu rejoindre leurs familles en raison de l’état d’urgence sanitaire, dont des étudiants étrangers.
De son côté, la directrice de l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Marrakech, le Pr. Fatima Arib, a fait savoir que la responsabilité sociale représente la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) au niveau de l’université, relevant qu’avec 100.000 étudiants, l’UCA constitue un acteur incontournable aux niveaux local, national et continental. Et de souligner une adhésion effective de l’UCA sans le domaine des questions sociales et économiques à travers, notamment, le transfert du savoir aux opérateurs socioéconomiques.
La directrice du CEIRS, Samia Berrada, a, pour sa part, souligné que l’enseignement inclusif au sein de l’UCA repose sur trois approches, à savoir : une approche de droit, une approche économique et une approche sociale, faisant remarquer que la pandémie du coronavirus a renforcé les vulnérabilités.
L’étudiant Lys Pasteur, président d’une association d’étudiants étrangers, a, quant à lui, livré son témoignage sur la responsabilité sociale et l’enseignement inclusif au sein de l’UCA, ajoutant que les étudiants étrangers sont de véritables ambassadeurs du Maroc auprès de leurs pays.
Dans ce contexte, il a conclu que cette catégorie d’étudiants a besoin, en ces circonstances exceptionnelles, d’écoute et de soutien psychologique.

Mardi 26 Mai 2020

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS