Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Mohamed Salem Boudija, directeur régional de l'artisanat à Dakhla-Oued Eddahab : Des mesures spéciales prises pour renforcer le commerce électronique des produits




​Mohamed Salem Boudija, directeur régional de l'artisanat à Dakhla-Oued Eddahab : Des mesures spéciales prises pour renforcer le commerce électronique des produits
 Le directeur régional 
de l'artisanat à Dakhla-Oued Eddahab, Mohamed Salem Boudija, revient dans 
un entretien accordé à la MAP sur les mesures préventives 
entreprises par la direction pour accompagner la reprise des activités artisanales, 
en ces circonstances 
exceptionnelles marquées par la lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19)
.

Quelles sont les mesures préventives entreprises par la Direction régionale pour accompagner la reprise des activités artisanales ?
La Direction régionale de l'artisanat a déployé d’énormes efforts pour faire face aux répercussions de la pandémie, dans la mesure où elle a veillé à accompagner les unités et les espaces de production, en vue d’assurer la sécurité sanitaire dans les lieux de travail et d’accueillir à nouveau des clients potentiels qui ont hâte de se procurer des produits artisanaux.
La Direction a également élaboré et diffusé des spots publicitaires au profit des artisans de la région, en menant une communication avec cette catégorie via les médias sociaux, afin d’assurer un accompagnement, un suivi, et une orientation en termes de mesures de santé et de prévention contre le virus, qui devraient être prises dans les lieux de travail.
Parmi les mesures préventives, la Direction a opté pour l'instauration du travail en alternance pour éviter l'encombrement des lieux de travail, tout en respectant la distanciation sociale, ainsi que la distribution d’environ 800 masques de protection et de produits désinfectants.
En outre, elle a adopté des mesures préventives spécifiques, en matière d’administration électronique, en mettant en place un bureau d’ordre digital et un registre spécial pour les usagers.

Quels sont les aspects de concertation et de coordination avec les autorités locales et les instances professionnelles pour assurer les meilleures conditions de reprise des activités artisanales ?
 Une cellule de vigilance a été créée, en coordination avec le ministère de tutelle, les autorités locales et la Chambre de l'artisanat, pour suivre de près les activités artisanales tout au long de la période de pandémie, à même d’évaluer ses effets sur les acteurs du secteur (artisans, coopératives et entreprises).
Les activités de commercialisation et de production au complexe artisanal de Dakhla ont repris dans le cadre de l’application des mesures d’assouplissement du confinement décidées par les pouvoirs publics, permettant ainsi aux artisans de commercialiser leurs produits, à deux niveaux, le premier comprend le marketing numérique via la mise en place des plateformes numériques.
Le second volet porte, quant à lui, sur le marketing classique, qui vise à commercialiser les produits d’artisanat à travers les grands réseaux de distribution nationaux, la mise en place d'une salle dédiée à l'exposition et la commercialisation et un bureau de renseignement touristique en partenariat avec le Conseil régional du tourisme au complexe artisanal, en plus des circuits touristiques relatifs au secteur.

Pour relancer le secteur, quelles sont les mesures prises par la Direction pour soutenir les artisans et les coopératives ?
 La Direction a mis en place des mesures spéciales pour renforcer la compétitivité des artisans et des coopératives artisanales et les qualifier pour qu’ils puissent commercialiser de manière électronique leurs produits, en particulier après l’annulation d’un certain nombre de foires commerciales et de manifestations.
Dans ce contexte, des efforts ont été déployés pour encourager les coopératives spécialisées dans la couture pour la fabrication et la commercialisation de masques de protection à pli en tissu conformes aux normes sanitaires, en coordination avec le ministère du Commerce, l’Institut marocain de normalisation (IMANOR) et l'Ecole supérieure des industries du textile et de l'habillement (ESITH).

​3,58 MDH de l’INDH pour des projets d’inclusion économique des jeunes de Laâyoune

Le Comité provincial de développement humain (CPDH) de Laâyoune, réuni vendredi dans le cadre du plan d’action 2020, a décidé l’allocation d’un montant de 3,58 millions de DH pour l’amélioration des revenus et l’inclusion économique des jeunes.
Cette réunion, présidée par le wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslam Bekrate, a décidé d’affecter cette enveloppe à la mise en place d’une plateforme dédiée à la jeunesse, au soutien de l’employabilité et de l’entrepreneuriat des jeunes et à l’accompagnement des projets montés par cette catégorie de la population.
Elle a également adopté, dans le cadre de l’accompagnement des personnes en situation de vulnérabilité, un budget de 2,82 millions de DH en vue de protéger l’enfance et la jeunesse, soutenir leur intégration socioéconomique, en plus d’apporter une aide aux personnes âgées, aux handicapés et aux patients.
Le CPDH a aussi alloué la somme de 2,612 millions de DH à l’émancipation et au développement humain des générations montantes, à travers le soutien à la santé scolaire et l’encouragement de l’enseignement pré-scolaire.
En outre, un montant de 200.000 dirhams est prévu pour remédier au manque enregistré au niveau des infrastructures et des services de base dans les domaines territoriaux sous-équipés, en particulier la réhabilitation et la mise à niveau des établissements scolaires.
Pour contribuer à la mobilisation de la société contre les répercussions socioéconomiques de la pandémie du Coronavirus, l’INDH a distribué de l’aide alimentaire et des soins médicaux, au profit de plus de 5000 personnes dans la ville de Laâyoune, notamment les couches sociales fragiles, en situation de précarité ou atteintes de maladies comme les personnes âgées, les personnes à besoins spécifiques, les mères et enfants de la rue, les personnes souffrant d’insuffisance rénale et les émigrés des pays d’Afrique subsaharienne.
Cette contribution qui s’inscrit dans le cadre du plan provincial pluriannuel de développement humain (2020/2023), vise à soutenir les efforts de protection de l’enfance et de la jeunesse, d’intégration socioéconomique, en plus d’apporter une aide aux personnes âgées, aux handicapés et aux patients.
La troisième phase de l’INDH (2019-2023) ambitionne de consolider les valeurs de justice sociale et de dignité, en renforçant les acquis enregistrés au cours des précédentes phases, tout en favorisant le développement du capital humain, la promotion de la condition des générations montantes et l’appui aux catégories en situation de vulnérabilité.

Lundi 20 Juillet 2020

Lu 1404 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif