Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Madonna infectée par le Covid-19 quand elle était à Paris




​Madonna infectée par le Covid-19 quand elle était à Paris
Sa fin de tournée à Paris, Madonna s’en souviendra: la mégastar affirme avoir été testée positive au Covid-19 après avoir été malade “il y a sept semaines” en France, comme une partie de sa troupe, tout cela n’étant plus qu’un mauvais souvenir. “Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus, ce qui a clairement été mon cas puisque j’ai été malade à la fin de ma tournée à Paris il y a sept semaines, comme plusieurs autres artistes de mon show”, a posté sur ses réseaux sociaux dans la nuit de mercredi à jeudi l’interprète de “La Isla Bonita”. “Mais à l’époque, nous pensions tous que nous avions une très mauvaise grippe. Dieu merci nous sommes tous en forme et en bonne santé maintenant”, révèle encore la star de 61 ans.
Tous ces détails n’avaient pas été révélés quand la tournée mondiale de Madonna s’était achevée le 9 mars avant les deux dernières dates prévues dans la capitale française. Le “Madame X Tour”, entamé à New York en septembre, était passé auparavant par Chicago, San Francisco, Las Vegas, Los Angeles, Boston, Philadelphie, Miami, Lisbonne et Londres. L’escale parisienne fut épique entre retard de 3h30 (début du show à minuit) pour la première soirée parisienne dans la nuit du 22 au 23 février, puis une représentation annulée le 1er mars en raison de “blessures permanentes” de la chanteuse, selon le Grand Rex, la salle qui l’accueillait.
Danseuse, prisonnière, mère, chanteuse, sainte, prostituée, espionne, militante...: Madonna était tout cela à la fois et bien plus encore dans ce spectacle le plus intimiste, engagé et probablement ambitieux de sa carrière. Jean Paul Gaultier, son couturier fétiche qui signait à nouveau pour elle une garde-robe toujours aussi provocante, était au premier rang, le premier soir à Paris. 

Bouillon de culture

Florian Schneider

Le co-fondateur du groupe pionnier de la musique électronique Kraftwerk, l’Allemand Florian Schneider-Esleben, est mort à l’âge de 73 ans des suites d’un cancer. “Florian Schneider est décédé d’un cancer fulgurant, quelques jours seulement après son 73e anniversaire”, a indiqué à l’AFP Alexandra Greenberg, citant des propos de l’autre fondateur de Kraftwerk, Ralf Hütter. La collaboration entre les deux musiciens avait débuté en 1968 avant qu’ils ne fondent deux ans plus tard à Düsseldorf, ville de l’Ouest de l’Allemagne, Kraftwerk. Né dans la Ruhr industrielle, ce groupe entendait développer une musique typiquement allemande, mariant leur langue maternelle aux sons des grandes villes, à rebours de la pop anglo-saxonne apportée par les troupes d’occupation. Kraftwerk - qui signifie “centrale électrique” en allemand - avait expliqué vouloir faire de la musique plus comme des machines que comme des humains. Sur scène, ses membres aux costumes identiques mimaient ainsi les gestes automatisés de robots. Sa musique, alliant basse obsédante, nappes de synthétiseurs et boîte à rythmes, a séduit le public et bon nombre d’artistes, de David Bowie à Daft Punk, et eu une influence sur bon nombre de genres musicaux comme la new wave, la synthpop, le hip-hop, le rock et bien sûr la techno.

Vendredi 8 Mai 2020

Lu 874 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif