Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le CCME et l'Université Abdelmalek Essaadi définissent les contours et les modalités de leur coopération

Publication des thèses et des études scientifiques sur la migration et les réalités des Marocains de l'étranger




​Le CCME et l'Université Abdelmalek Essaadi définissent les contours et les modalités de leur coopération
Le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et la Faculté des lettres et des sciences humaines, relevant de l'Université Abdelmalek Essaadi de Tétouan, ont signé, dimanche à Casablanca, une convention de partenariat visant à définir les contours et les modalités de coopération entre les deux parties.
La convention a été signée par le secrétaire général du CCME, Abdellah Boussouf, et le doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines, Mohamed Sâad Zemmouri, en marge de la 21ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL) de Casablanca. Elle vise en premier lieu à établir une coopération fructueuse au niveau scientifique et académique entre les deux partenaires et à développer diverses formes de coordination et de collaboration.
Produire et publier des études scientifiques sur les migrations en général et marocaine en particulier et contribuer à la formation scientifique et à l'encadrement religieux de la communauté marocaine établie à l'étranger en vue d'une meilleure intégration, d'une cohabitation constructive et de la préservation de l'identité linguistique, culturelle et religieuse des MRE, figurent aussi parmi les objectifs escomptés par cette convention.
Intervenant à cette occasion, M. Boussouf a indiqué que la convention vise à encourager les capacités des institutions scientifiques et universitaires marocaines à se pencher davantage sur l'étude des problématiques de la migration et de l'intégration, notant qu'une réponse aux questionnements posés par le phénomène migratoire passe par une réponse collective dans le cadre de la complémentarité entre les différents intervenants concernés par cette question.
De son côté, M. Zemmouri a affirmé que la signature de cette convention découle de la nécessité pour l'université de s'ouvrir sur son entourage et de contribuer, en tant qu'institution citoyenne, à l'effort collectif de trouver des solutions aux problèmes en liaison avec la question migratoire.
En vertu de cette convention, les deux parties s'engagent à élaborer des études littéraires, historiques et sociales susceptibles d'être traduites dans les langues des pays d'accueil, tenant compte des intérêts des Marocains du monde en vue de consacrer chez eux les valeurs d'ouverture, de modération et de tolérance.
Elles s'engagent aussi à publier des thèses et des études scientifiques sur la migration et les réalités des Marocains de l'étranger. 

MAP
Mardi 17 Février 2015

Lu 412 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif